11 Mars 2019

Gabon: La PG41 demande la vacance de pouvoir du Chef de l'Etat

Les partis politiques et groupement de l'opposition, membres de la plateforme PG41 étaient réunis ce samedi 9 Mars à Libreville pour procéder au renouvellement de leur organe directionnel. Ils ont également, au cours de leur déclaration, demandé d'initier un dialogue national et la vacance du pouvoir du Chef de l'Etat gabonais, dans la mesure où il ne peut plus respecter son serment consacré à l'article 12 de la Loi fondamentale gabonaise.

Nombreux étaient-ils, les membres de la Plateforme PG41 présents pour l'élection du nouveau bureau. En outre des travaux et de la composition du nouveau bureau, la situation actuelle du Gabon était au cœur des échanges. Dans leur déclaration, l'absence prolongée du Chef de l'Etat gabonais du territoire national et la vacance de son pouvoir ont été largement évoquées. Par la voix de son porte-parole Jean-Pierre Ndong Abessolo, la PG41 rappelle que « Depuis le 24 Octobre 2018, notre pays le Gabon vit une situation inédite à travers l'absence prolongée du territoire national de son président, Ali Bongo Ondimba pour des raisons de santé ». Poursuivant ses propos, ladite plate-forme estime que « cette absence a des conséquences néfastes sur le fonctionnement normal de l'Etat ».

La PG41 n'a pas manqué de marquer son étonnement face à l'attitude qu'elle qualifie d'irresponsable de la part du gouvernement et qui selon elle toujours, se prête plutôt aux mises en scènes grossières qui pour elle « n'apporte aucune preuve convaincante sur les capacités réelles du Président de la République à assumer ses fonctions ».

Au Porte-Parole de la Présidence qui se réjouit de ce que toutes les institutions fonctionnent correctement, les membres de la PG41lui opposent le réalisme et la responsabilité, car contrairement à lui « la situation n'est pas aussi simple qu'il ne dise. Elle est grave ! Elle est bien plus grave ... Les malades atteints du VIH n'ont plus de médicaments pour se soigner mettant leur vie en danger. Des mesures injustes sont prises envers les enseignants... Le pays est malade et rentre dans un coma qui ne dit pas son nom ... » fustigent-ils.

Les membres des partis politiques et groupement de l'opposition, membres de la plateforme PG41 ont tenu également à interpeler le Premier ministre, Chef du gouvernement et les tenants du pouvoir. « Nous les tenons responsables de l'aggravation de la situation générale du Gabon s'ils ne réunissent pas dans l'urgence la classe politique nationale, car la colère du peuple gronde sourdement.Il est effectivement temps que le pouvoir prenne ses responsabilités pour initier un dialogue et déclarer la vacance du pouvoir dans la mesure où le Président de la République ne peut plus respecter son serment consacré à l'article 12 de la Constitution ».

La situation actuelle du Gabon suscite de nombreuses controverses. Le Président n'est pas sur le territoire national depuis bientôt cinq (5) mois, les Conseils de ministres qui sont l'organe de décisions du pouvoir exécutif ne se tiennent plus normalement. De nombreux Gabonais sont mis au chômage du fait de la fermeture d'entreprises ou agences. Ils ne savent plus parfois à quel saint se vouer. Les hôpitaux manquent de médicaments pour les personnes atteintes de VIH, les bourses des étudiants ne sont plus payées à temps, les enseignants sont malmenés injustement... Le Gabon n'est-il pas malade de ses dirigeants, s'interroge un anonyme.

Gabon

L'opposant Gérard Ella Nguéma interpellé par la police judiciaire

Le leader du Front patriotique gabonais Gérard Ella Nguéma a été interpellé ce lundi… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.