11 Mars 2019

Sénégal: Ababacar Fall - «Le couplage n'est pas opportun et contribuerait a alourdir notre système électoral»

Selon l'expert électoral Ababacar Fall, le couplage des élections locales et législatives qui suscite actuellement débat n'est pas opportun. Interpellé par la rédaction de Sud quotidien sur la question, ce membre du Gradec qui rejette cette idée soutient que cela contribuerait à alourdir notre système électoral en ce sens que les élections locales n'ont pas la même fonction, ni les mêmes objectifs.

«Si nous partons du principe qu'un système électoral doit être simple, compréhensible et accessible à tout citoyen désirant exercer son droit de suffrage, une telle question me parait sans intérêt pour mériter qu'on s'y attarde. Les deux élections (locales et législatives) n'ont pas la même fonction, ni les mêmes objectifs.

L'une étant une forme d'expression de la démocratie participative tandis que l'autre est l'expression de la démocratie représentative où le citoyen délègue sa voix aux élus qui sont chargés de voter les lois qui régissent le fonctionnement de la République et de contrôler l'action de l'exécutif.

Ces deux élections n'ont donc pas le même champ d'action et n'obéissent pas aux mêmes règles d'organisation.

Les élections locales ont un spectre plus réduit dans l'espace représenté ici par la commune ou le département alors que les élections législatives ont un caractère national qui implique tous ceux qui ont la qualité d'électeurs (militaires et paramilitaires d'une part et Sénégalais de la diaspora qui ont des députés à eux dédiés d'autre part).

Du point de vue des règles d'organisation, le couplage créerait un désordre tél que les électeurs auront du mal à s'y retrouver.

Si tel devait être le cas, il faudra mettre dans chaque bureau de vote 03 urnes ; une pour les législatives, une pour les élections départementales et une pour les élections municipales sans compter les nombreux bulletins de vote pour chaque liste et chaque type d'élection.

Aux dernières élections locales, nous avons eu environ 2700 listes avec une moyenne de 12 listes par commune et pour les législatives, nous avions 47 listes. Sur un autre registre, les règles qui régissent la campagne électorale ne sont pas les mêmes.

La campagne pour les législatives dure 20 jours et bénéficie d'une couverture médiatique par les médias nationaux (radio et télé) alors que la campagne pour les locales ne dure que 14 jours et ne fait pas l'objet de couverture médiatique.

Il s'y ajoute que désormais avec l'introduction du parrainage citoyen et l'élargissement du cautionnement aux élections locales, de réelles difficultés pourraient se poser aussi bien aux électeurs qu'aux organisateurs des élections. d'autres difficultés vont se poser également relativement aux opérations de recensement des votes au niveau des commissions départementales de recensement des votes qui devront statuer sur les procès-verbaux en provenance des bureaux de vote pour les deux types d'élections ».

«PAS SOUVENANCE QUE CES DEUX TYPES D'ELECTIONS AIENT ETE COUPLES PAR LE PASSE»

«D'ailleurs, je n'ai pas souvenance que ces deux types d'élections aient été couplés par le passé. Le couplage n'a concerné que l'élection présidentielle et les élections législatives.

Ensuite, du point de vue des textes en vigueur actuellement dans notre code électoral, de telles dispositions ne sont pas prévues. Pour toutes ces raisons, la question du couplage n'est pas opportune et contribuerait à alourdir notre système électoral».

Sénégal

Le rêve brisé de Mané

En haranguant le public sénégalais pendant l'échauffement, Sadio Mané avait clairement… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.