Congo-Kinshasa: Kinshasa - Arrêt de travail dans les magasins tenus par les Indo-Pakistanais

En grève depuis quelques jours, les personnes prestant dans les magasins des Indiens et autres Asiatiques au centre- ville, réclament l'augmentation de leur salaire et l'amélioration des conditions de travail. Ils l'ont exprimé le 11 mars, à travers une marche improvisée avec, pour point de chute, l'Hôtel de ville.

Une forte agitation a été observée ce lundi dans la matinée, aux alentours de l'avenue du commerce, à Kinshasa, où des travailleurs œuvrant dans les échoppes tenues par les expatriés indiens, chinois et libanais ont pris d'assaut l'Hôtel de ville. Ils étaient des centaines à manifester devant le siège de l'exécutif provincial munis des rameaux, scandant des slogans hostiles à l'endroit de leurs employeurs expatriés qu'ils considèrent comme la source de leurs malheurs. Les principales revendications touchent, pour l'essentiel, à l'amélioration de leurs conditions de travail et à l'augmentation de leur salaire.

En grève depuis quelques jours déjà, ce personnel a tenu à exprimer publiquement son ras-le bol quant à la manière dont il est géré par les employeurs, sans considération ni respect à son égard. Pour les manifestants, leurs salaires devront dorénavant être alignés sur le nouveau taux du salaire minimum inter garanti (Smig), conformément à l'arrêté signé par le Premier ministre sortant. « Nous protestons pour réclamer notre droit, celui de l'application du Smig. Pendant le règne du président Kabila, les lois n'étaient pas respectées. Cette fois, nous espérons qu'avec l'arrivée de Félix Tshisekedi, les choses vont changer. Donc, il faudrait qu'on respecte l'arrêté qui a été signé par le Premier ministre sortant, obligeant l'application de Smig », a déclaré un des manifestants.

Ces derniers en appellent à l'implication du chef de l'Etat dans la résolution de cette situation. « Le peuple d'abord », n'ont-ils pas arrêté de scander, comme pour rappeler au président de la République son devoir de redevabilité envers le peuple en s'inspirant du crédo de son défunt père, Etienne Tshisekedi.

Il a fallu la descente de la police sur les lieux pour que le calme revienne aux alentours de l'Hôtel de ville. Entre-temps, les magasins des Libanais, Pakistanais et Indiens qui longent l'avenue du commerce sont restés fermés pendant de longues heures, au grand dam de leur clientèle. Aucune scène particulière de violence n'a été signalée.

Une dynamique de revendications qui se poursuit

Cette énième manifestation s'inscrit dans une dynamique de protestation enclenchée depuis le 25 février par l'intersyndicale du secteur de commerce, moyennes et petites entreprises qui, dans un mémo adressé au chef de l'Etat, avait déjà tiré la sonnette d'alarme. Cette structure syndicale avait, entre autres, déploré la violation des textes légaux en matière du travail et globalement les conditions en la matière: absence des contrats de travail, révocations sans motifs, injures à l'encontre des travailleurs, non prise en compte des heures supplémentaires et des jours fériés et le non-paiement des allocations familiales, des frais de transport et la prise en charge médicale.

A cela s'ajoute la maffia organisée qui s'opère dans le milieu des expatriés, de connivence avec les services de l'Etat dans le but d'échapper au fisc. « Sous la complicité des services de l'Etat, les employeurs se sont arrangés pour minimiser les effectifs de leurs employés afin d'échapper à l'impôt et aux différentes taxes et redevances », peut-on lire dans le mémo.

Notons que cette manifestation fait suite à une série de grèves observées dernièrement dans les institutions étatiques comme dans certaines entreprises privées où le personnel a notamment évoqué les mêmes revendications, à savoir l'augmentation des salaires et l'amélioration des conditions de travail.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.