Rwanda: Un nouveau décès mystérieux d'un opposant au pays

Photo: © Forces Democratiques Unifiées (FDU) / Rwanda
Anselme Mutuyimana.
communiqué de presse

Le décès, en fin de semaine dernière, d'un assistant de la dirigeante d'opposition rwandaise Victoire Ingabire a eu un effet glaçant parmi les personnes qui osent encore contester le statu quo actuel au Rwanda.

L'enquête des autorités sur la mort d'Anselme Mutuyimana, qui avait été libéré de prison il y a seulement six mois, devrait être indépendante et transparente.

Selon une déclaration publiée par le parti non enregistré de Mme Ingabire, le FDU-Inkingi, le cadavre de Mutuyimana, découvert dans une forêt du nord-ouest du Rwanda, présentait des signes d'étranglement. Le Bureau d'enquêtes rwandais annoncé qu'il avait ouvert une enquête.

La mort de Mutuyimana est le plus récent d'une longue série de meurtres, de disparitions forcées, d'arrestations effectuées pour des motifs politiques et de détentions illégales au Rwanda, en particulier de personnes soupçonnées d'être des opposants au gouvernement, y compris de membres du FDU-Inkingi.

Anselme Mutuyimana avait été arrêté une première fois en 2012, sous l'accusation d'avoir tenu un meeting illégal dans un bar. En janvier 2014, il avait été déclaré coupable d'incitation à l'insurrection, en même temps que le Secrétaire général du FDU-Inkingi, Sylvain Sibomana. Mutuyimana a été remis en liberté en août 2018, tandis que Sibomana continue de purger sa peine.

Victoire Ingabire a été condamnée à 15 ans de prison pour incitation à l'insurrection, après qu'elle eut tenté de prendre part à l'élection présidentielle de 2010. Elle a purgé six ans de cette peine avant d'être remise en liberté en septembre 2018, quand le président du Rwanda, Paul Kagame, a amnistié plus de 2 000 détenus.

Et la liste d'incidents suspects continue.

En octobre 2018, le chef adjoint du FDU-Inkingi, Boniface Twagirimana, « a disparu » de sa cellule dans la prison de Mpanga, dans le sud du Rwanda. Il avait été inculpé, en même temps que plusieurs autres membres de son parti, d'atteintes à la sécurité de l'État, dans le cadre d'une vaste répression de l'exercice de la liberté d'expression après les élections de 2017.

Et en mars 2016, une activiste politique membre du FDU-Inkingi, Illuminée Iragena, a été portée disparue, très probablement après avoir été victime d'une disparition forcée dans un lieu de détention gouvernemental non officiel.

Il est à craindre qu'Illuminée Iragena et BonifaceTwagirimana soient tous deux morts.

La triste réalité semble être que s'opposer au gouvernement au Rwanda demeure une entreprise dangereuse.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.