12 Mars 2019

Afrique Centrale: Cemac - Rentrée du Collège de surveillance

L'instance boucle ce 12 mars à Douala deux jours de travaux consacrés notamment aux perspectives 2019 et 2020.

C'est pour valider le rapport intérimaire de surveillance multilatérale 2018 et plancher sur les perspectives 2019 et 2020 de la zone Cemac que le Collège de Surveillance multilatérale de l'institution sous-régionale est réuni ces 11 et 12 mars à Douala. Il s'agit plus précisément de la 36e session ordinaire de cet organe, tenue dans un contexte dont les spécificités ont été rappelées.

Ainsi, relève la Cemac, l'environnement macroéconomique a-t-il été marqué en 2018 par la poursuite de la consolidation budgétaire dans tous les Etats membres. En outre, une hausse significative de la production pétrolière a été enregistrée au Congo et au Tchad.

Tout comme une nette amélioration des termes de l'échange, sous fond de persistance des tensions sécuritaires dans le Bassin du Lac Tchad et en Centrafrique, ainsi que la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au Cameroun. Pour en revenir au rapport intérimaire, il présente d'abord l'évaluation de la situation économique et financière de la sous-région.

Puis dresse l'état de conformité en 2018 aux nouveaux critères de convergence de la Cemac, et fait le point sur l'état des relations entre les pays membres et les institutions financières internationales. Le rapport s'est aussi intéressé aux mesures de redressement déjà prises, à celles devant faire l'objet d'un suivi particulier dans le cadre de la mise en œuvre des programmes des Etats avec le Fmi, ainsi que d'autres mesures de politique régionale destinées à soutenir lesdits programmes. « Notre sous-région a renoué avec la croissance en 2018, après deux années consécutives de récession.

Les perspectives pour 2019-2020 sont aussi globalement favorables», rappellera Fatima Haram Acyl, viceprésidente de la Commission de la Cemac, à l'ouverture des travaux hier. Elle précisera que ces « bons résultats » sont rendus possibles grâce aux réformes entreprises par les Etats entre autres, au niveau régional dans le cadre du Pref-Cemac (programme qui en pilote les réformes).

Cela dit, des défis restent à relever par la communauté, si elle veut parvenir à une croissance durable et inclusive dont elle a besoin pour réduire la pauvreté ou créer des emplois pour le plus grand nombre.

Entre autres faits relevés : une économie qui reste caractérisée par le secteur pétrolier qui subit les fluctuations des cours internationaux ; un secteur secondaire peu diversifié et un secteur primaire très peu mécanisé. « Nous avons en outre un climat des affaires peu attractif », va relever Fatima Haram Acyl.

Afrique Centrale

Un ancien ministre délégué à la justice enlevé en zone anglophone

Un ancien ministre a été enlevé dans la nuit de mardi à mercredi à Bamenda, dans la… Plus »

Copyright © 2019 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.