Congo-Kinshasa: L'ONU confirme le caractère «organisé» et «planifié» des tueries de Yumbi

Photo: UNJHRO
A Yumbi, le bâtiment de la Commission électorale nationale indépendante a été partiellement détruit lors des violences intercommunautaires de décembre 2018 (archive)

Les actes de violence commis à Yumbi pourraient constituer des crimes contre l'humanité, affirme l'ONU dans un rapport rendu public lundi 12 mars.

Yumbi, c'est ce territoire de la province du Mai-Ndombe en République démocratique du Congo, où à la mi-décembre, juste avant les élections, ont été menées plusieurs attaques meurtrières sur la communauté Banunu, faisant au moins 535 morts.

D'abord, il y a l'ampleur du bilan : au moins 535 morts, 111 blessés et 16 000 déplacés ont été répertoriés par l'ONU. 967 bâtiments détruits également, des habitations pour l'essentiel, mais aussi 14 églises et 17 écoles.

Des attaques qui ont été préméditées, confirme l'ONU, et coordonnées au moins au niveau de certaines chefferies coutumières Batende, l'ethnie rivale des Banunu. Et c'est au sein de cette communauté qu'ont été identifiés la majeure partie des assaillants.

Il ressort de nos enquêtes que les attaques étaient bien planifiées et bien organisées et qu'elles étaient dessinées pour porter atteinte à l'intégrité physique et aux biens de la communauté banunu...

Les assaillants, et c'est une signe de préméditation, sont arrivés avec des peintures de guerre, des armes à feu, des armes blanches et même des bidons d'essence pour incendier les maisons.

Certains de leurs habitants sont d'ailleurs morts calcinés avant d'avoir pu s'échapper. Autre détail horrifiant : la répétition des cas de mutilation des parties génitales des victimes.

Ces attaques ont été facilitées par une absence de réaction de l'Etat, dont les représentants, notamment le gouverneur, auraient pourtant été alertés en amont.

Si certains militaires ont tenté de réagir et ont même été tués, selon les informations recueillies par l'ONU, d'autres témoignages concordants, dit ce rapport, évoquent des hommes en tenue militaire et des rapports médicaux font bien état de l'utilisation d'armes automatiques.

Mais l'ONU dit ne pas être en mesure de confirmer la participation de membres de forces de sécurité.

#RDC #Yumbi : l'ampleur des attaques à caractère politico-ethnique de Yumbi de déc @unjhro : au moins 535 morts, 111 blessés, 967 bâtiments détruits (14 Eglises, 17 écoles), 15 fosses communes, 16 000 déplacés et pls centaines, voire milliers d'assaillants https://t.co/5A4p2C8q3l pic.twitter.com/v2u9yWXyFJ

Sonia Rolley (@soniarolley) 12 mars 2019

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.