12 Mars 2019

Afrique: Le constructeur Boeing dans la tourmente

Le crash du Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines assurant la liaison entre Addis-Abeba et Nairobi, le dimanche 10 mars, a précipité les actions de l'avionneur américain dans le rouge, à Wall Street où elles perdent 12% de leur valeur à l'ouverture, le lundi.

Le constructeur américain n'avait pas connu un tel repli en séance de 20 ans. Il y a donc de quoi susciter des inquiétudes, même si à la mi-journée à Wall Street, Boeing s'était un peu rétabli.

Et les choses ne sont pas près de s'arranger puisque dans le sillage de plusieurs compagnies aériennes qui ont décidé de maintenir au sol leur flotte de Boeing 737 Max 8, après le crash de dimanche qui a fait 157 morts, un nombre croissant de pays lui ont fermé leur espace aérien.

Un doute justifié pèse sur ce modèle d'avion puisque avant le drame du 10 mars, un autre avion du même type s'était écrasé lui aussi quelques minutes après le décollage le 29 octobre au large de l'Indonésie, faisant 189 morts.

Si l'hypothèse de défaut de conception se confirmait, le constructeur américain subirait un choc financier important. « Lancé il y a moins de deux ans seulement, le B737 MAX est un appareil stratégique pour Boeing.

Il est en effet positionné sur le marché des court et moyen-courriers de plus de 150 sièges, qui constitue plus de 60% des livraisons de Boeing mais aussi d'Airbus, présent sur ce segment de marché avec son A320Neo.

Fin janvier, le carnet de commandes du B737 MAX s'élevait à 4.661 exemplaires. En attendant, il est extrêmement rare de voir un avion neuf rencontrer deux accidents coup sur coup. Il faut remonter aux années 1970 lorsque le DC-10 avait rencontré des accidents mortels rapprochés en raison de problèmes de design.

Un éventuel défaut de conception pourrait donc être catastrophique pour Boeing. Plus de 350 exemplaires volent actuellement, dont 76 au sein de compagnies chinoises, et l'avionneur prévoit de livrer plus de 50 appareils par mois », explique le journaliste de la Tribune.

Afrique

Les pays peuvent accroître les recettes publiques de 12 à 20 % du PIB, selon la CEA

La Commission Économique pour l'Afrique (CEA) soutient que les pays africains peuvent accroître les… Plus »

Copyright © 2019 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.