12 Mars 2019

Burkina Faso: Crise chefferie traditionnelle de Banfora - Une dizaine de fauteurs de trouble arrêtés

Les scènes d'agression se sont poursuivies le 11 mars 2019 dans la cour royale à l'occasion des funérailles de la mère du défunt chef du canton de Banfora, Yoyé Héma, de même que les interruptions de réjouissances suite à des jets de pierres sur les toits.

Dans ce nouveau regain de tension, on signale un blessé transporté au Centre hospitalier régional de Banfora. Mais la réaction des agressés ne s'est pas fait attendre et ceux-ci ont pu mettre la main sur une dizaine d'assaillants qu'ils ont enfermés dans des maisons dans la nuit du 11 au 12 mars 2019.

Parmi ces personnes arrêtées par le clan de Lamoussa Traoré, opposé au chef qui assure l'intérim, figurent des chasseurs dozos. En effet, sur une carte on pouvait lire « Union nationale des Dozos». Au nombre de ces alpagués également, des proches de la cour royale et des gens venus de Koutoura, Banfora et Nafona.

La riposte du clan Lamoussa Traoré a aussi permis de retirer des motos appartenant aux agresseurs, des lance-pierres et autres armes blanches.

Toujours selon des sources proches de ce clan, la réaction des jeunes venus pour les funérailles a aussi fait fuir de chez lui le chef intérimaire, Sa Majesté Sibiri Héma.

Au moment où nous quittions les lieux, aux environs de 10h, les forces de l'ordre étaient attendues pour récupérer la dizaine de personnes arrêtées. Certains jeunes, visiblement remontés, voulaient en découdre avec les assaillants arrêtés tandis que des mesures étaient prises pour leur sécurité jusqu'à l'arrivée de la police.

En rappel, depuis les 10 et 11 mars 2019, la cour royale de Banfora est divisée suite à la tenue des funérailles de la mère du défunt chef du canton. Le clan du chef intérimaire y est opposé, pour des questions, dit-on, de procédures tandis que l'autre camp soutient qu'il l'en a informé préalablement.

Visiblement, même l'intervention des parents à plaisanterie lobis n'a pu faire entendre raison aux familles Héma. Ces funérailles devraient ouvrir la voie à celles du chef défunt lui-même et qui seront couronnées par le choix et l'intronisation d'un nouveau chef.

Burkina Faso

Procès du putsch manqué - La parole aux avocats des victimes

Au Burkina Faso, après plus d'un an, le procès du coup d'État manqué de 2015 entre dans la… Plus »

Copyright © 2019 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.