Cameroun: Huit ans après, l'Affaire Mebe Ngo'o vient ressusciter le journaliste Jules Koum Koum

Le journaliste Directeur de publication est mort en 2011 dans des conditions non élucidées au cours d'un accident de la circulation.

Il venait de publier un état de la fortune colossale du ministre de la défense. Un certain Alain Edgard Mebe Ngo'o. Les « langues serpentines » avaient alors lié la cause à l'effet.

Le testament de jules Koum Koum

Le Journal Info Matin est allé puiser dans cette histoire douloureuse de la presse Camerounaise pour rappeler qu' «En janvier 2011, le journaliste mort dans des circonstances mystérieuses, à Yaoundé, dénonçait les multiples atteints à la fortune publique de l'ex Mindef, à qui il prédisait en outre un destin horrible.

Bien que mort, l'histoire semble donner raison au Directeur de Publication » Aussi, huit ans après sa mort, le fantôme du journaliste continue à hanter autant que ses écrits sonnent comme un testament d'outre-tombe. Et le journal parle de « Mebe Ngo'o et du testament de Jules Koum Koum ».

L'opération épervier va se poursuivre.

Quant à lui, du fond de sa cellule 14 du pénitencier, « Edgar Alain Mebe Ngo'o est interdit de visite à Kondengui ». Et pour cause comme précise le journal Kalara « Des fonds partis de la SNH et du Trésor public camerounais au centre de l'affaire » Bien plus et pour le journal Diapason, l'arrestation de l'ex ministre de la défense « montre la détermination du chef de l'Etat camerounais à assainir la gestion des affaires publique » Et ce n'est pas fini.

La chasse aux voleurs se poursuit. Et c'est à juste titre que Le Soir indique qu'après Mebe Ngo'o et Cie, « d'autres gestionnaires indélicats sont en route pour Kondengui ». Selon les confidences d'une source bien introduite dans le sérail camerounais, les arrestations vont se poursuivre, dans les tous prochains jours. Dans le viseur du rapace, anciens ministres, anciens Directeurs généraux et hauts cadres de l'armée, convoqués pour certains, et interdits de sortir du pays pour d'autres.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.