Ethiopie: Crash du 737 - Les boîtes noires envoyées en Europe pour analyse

Les boîtes noires du Boeing 737 MAX qui s'est crashé dimanche en Ethiopie vont être envoyées en Europe, a annoncé ce mercredi 13 mars 2019 un porte-parole de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines.

Le but est de déterminer les causes de l'accident, qui a fait 157 morts, alors que le modèle phare de l'avionneur américain se voit frappé par le principe de précaution dans de nombreux pays.

Direction le continent européen pour les boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 accidenté ce week-end après son décollage d'Addis-Abeba.

« Nous allons les envoyer en Europe, mais le pays n'est pas encore spécifié », a déclaré Asrat Begashaw, porte-parole d'Ethiopian Airlines, à l'Agence France-Presse. Car l'Ethiopie ne dispose pas de l'équipement nécessaire à la lecture de ces appareils.

Alors que les circonstances du vol 302 de la compagnie éthiopienne, de prime abord, rappellent beaucoup un autre accident survenu il y a cinq mois avec le même modèle d'avion de ligne, ce dernier s'est vu cloué au sol ou interdit de survol dans de nombreux pays ces derniers jours. Ce mercredi, l'Egypte a annoncé à son tour bannir l'appareil phare de Boeing.

Le Boeing 737, l'avion le plus vendu au monde

Cette décision survient trois jours après le crash. Le ministère égyptien de l'Aviation civile indique vouloir assurer « la sécurité des passagers », laissant transparaître les doutes qui entourent désormais le 737 MAX un peu partout.

Outre l'interdiction de survol de l'espace aérien égyptien, tous les vols de ce modèle prévus « au décollage et à l'atterrissage » en Egypte sont immobilisés.

La France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Inde, la Nouvelle-Zélande, les Emirats arabes unis ou encore le Liban avaient pris les mêmes mesures.

La catastrophe rappelle en effet le crash d'un autre 737 MAX de la compagnie indonésienne Lion Air, il y a cinq mois. Heureusement, la nouvelle version du 737, avion le plus vendu au monde, n'est entrée en service qu'en 2017. Il y en a donc peu en circulation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.