13 Mars 2019

Cameroun: "L'âme meurtrie d'Anouck" - Une histoire d'identité culturelle

La présentation de l'ouvrage de la sociologue Pulchérie Feupo s'est récemment déroulée à Douala au cours d'une cérémonie conviviale entre l'auteure et le public.

Qui sommes-nous? Et surtout où allons-nous et d'où venons-nous ? C'est autour de ces trois questions que l'auteur de « L'âme meurtrie d'Anouck », Pulchérie Feupo, sociologue, balade le lecteur au cœur de son œuvre.

Travailleuse sociale à la HES.SO de Lausanne en Suisse, elle œuvre dans l'intégration et le développement des pays du sud et s'intéresse particulièrement aux enjeux identitaires, tout en explorant confusions, conflits et repères floués dans lesquels vit une grande partie de la jeunesse dans un univers en mouvement.

Présentant l'ouvrage, Pulchérie Feupo a parlé du « calvaire » d'Anouk. Issue d'une famille divisée avec un père catholique et une mère traditionaliste, Anouk veut se positionner par rapport aux autres. Mais malgré ses efforts, elle sera toujours considérée comme citoyenne de seconde zone. Elle veut comprendre la division entre son père et sa mère, pour pouvoir reconstruire sa propre identité.

L'auteur met là le doigt sur la problématique de l'acculturation et de la recherche identitaire. Entre les questions de spiritualité, de religion, des questions d'identité, les rapports avec les parents, qu'est-ce qu'on fait des étiquettes qu'on nous colle selon la couleur de notre peau ? Comment être compris et accepté des autres à l'aune de tous ces paramètres ? Pour Pulchérie Feupo, une introspection s'impose, car il faut bien savoir d'où nous venons pour maîtriser où nous allons. Et une méditation sur l'identité ne serait pas de trop, avant d'asséner "qu'un homme en dehors de son milieu culturel est un homme mort".

Des échanges instructifs et parfois vifs avec le public ont permis de se rendre compte que le sujet est d'importance et d'actualité. « L'âme meurtrie d'Anouck » laisse heureusement entrevoir que pour ceux balançant entre valeurs africaines et occidentales, qui tentent tant bien que mal de se reconstruire, se définir, afin de trouver une base sur laquelle s'appuyer pour redonner vie à leurs racines, un rapprochement est toujours possible.

Histoire de s'ouvrir de nouvelles fenêtres, pour aller au contact de l'autre et de différences sans avoir peur de se perdre ou de ne plus exister à son contact, mais en tenant compte de son existence et en étant pleinement conscient de ce qu'on peut prendre ou laisser derrière soi.

Cameroun

Un ancien ministre délégué à la justice enlevé en zone anglophone

Un ancien ministre a été enlevé dans la nuit de mardi à mercredi à Bamenda, dans la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.