Kenya: Le pays accueille le première édition africaine du One Planet Summit

Photo: One planet Summit website
One planet Summit

Gouvernements, institutions financières, entreprises, ONG sont réunis au Kenya ce jeudi 14 mars pour la troisième édition du One Planet Summit et la première sur le continent. Plus de 4 000 participants sont attendus. Cette série de sommets lancée par la France en 2017 vise notamment à débloquer des financements en faveur de la lutte contre le changement climatique.

Alors que l'Afrique n'est responsable que de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, 65% de sa population est directement touchée par le changement climatique.

Outre les discours et les tables rondes, une partie du sommet sera donc consacrée à la signature d'initiatives concrètes pour le continent. « Le sommet réunit surtout des acteurs économiques qui prennent des engagements », indique un participant.

La plupart des annonces sont encore secrètes. Néanmoins, on sait que certains contrats aideront les villes africaines à accéder à l'énergie durable. Il y aura des projets pour restaurer les terres dégradées, former les chercheurs ou encore lutter contre la déforestation.

La Banque mondiale doit confirmer le doublement de ses financements, pour aider l'Afrique à s'adapter au changement climatique. « C'est un continent en forte croissance, vulnérable, et c'est une bombe démographique. Il faut éviter qu'il se calque sur des modèles de développements polluants », indique un expert.

Sans dévoiler encore le chiffre, la Banque africaine de développement promet de son côté d'annoncer une importante hausse de sa contribution aux projets verts. Toutefois, beaucoup de chemin reste à parcourir. Notamment rendre les banques commerciales plus vertueuses. « On attend qu'elles arrêtent de financer les énergies fossiles. Mais elles ont du mal à convaincre leurs actionnaires », explique un connaisseur.

Quatre chefs d'Etats font le déplacement, notamment Emmanuel Macron et le Congolais Félix Tshisekedi. Une rencontre bilatérale pourrait se tenir en marge de l'événement.

Une rencontre Macron-Tshisekedi ?

C'est la troisième fois depuis novembre que Félix Tshisekedi se rend à Nairobi. Le président congolais doit participer à une table ronde sur la conservation des forêts. Mais certains disent qu'il vient surtout pour rencontrer Emmanuel Macron.

En tout cas « il y a une volonté des deux côtés pour que le face-à-face ait lieu », explique une source diplomatique, ajoutant qu'ils se sont déjà parlés au téléphone il y a quelques semaines.

Malgré la controverse sur la légitimité de l'élection du chef de l'Etat congolais, l'Elysée souhaite avancer. « Tout le monde est conscient des limites du processus électoral. Félix Tshisekedi le sait bien. Mais maintenant il faut l'accompagner », indique une source à la Paris, et notamment « l'aider à s'émanciper du clan de l'ancien président Joseph Kabila ».

En effet, la semaine dernière, les coalitions Kabila et Tshisekedi ont scellé une alliance. Le nouveau président congolais est accusé par ses détracteurs d'avoir remporté l'élection grâce au soutien secret de son prédécesseur. Il n'empêche, à Paris, on préfère tourner la page. « On attend la nomination d'un gouvernement et on aimerait que Félix Tshisekedi garde le lien avec le reste de l'opposition », confie une source à l'Elysée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.