15 Mars 2019

Congo-Kinshasa: La PNC organise un grand gala de boxe le 30 mars à Pullman

Le gala dénommé «Bibotu ya boyokani na banoko» organisera deux compétitions, à savoir une compétition professionnelle et internationale et une compétition de la boxe amateur.

La Police nationale congolaise (PNC), par le commissaire général et son organe technique qu'est le groupement sportif particulier dénommé Sports dans la police, organise, le samedi 30 mars au Chapiteau du Pullman Hôtel, à Gombe, un grand gala de boxe.

À en croire le président du groupement sportif particulier de la PNC, le commissaire divisionnaire adjoint, le général Alain-David Nzila qui a annoncé cet événement, ce gala organisera deux compétitions, à savoir une compétition professionnelle internationale et une compétition de boxe amateur.

Dans la partie compétition internationale et professionnelle, la PNC aligne deux boxeurs, à savoir le commissaire adjoint Rocky Kaleng, champion international professionnel dans la version UBO (Organisation internationale de boxe), catégorie Poids lourd. Le deuxième boxeur-policier, Maroy Sadiki, également champion international professionnel dans la catégorie Lourd-léger.

«L'objectif de cet événement est de montrer à la nation que la police a comme mission principale de sécuriser les personnes et leurs biens. Cette mission requiert du policier une santé parfaite et un état physique lui permettant de remplir cette mission. La santé étant un état de bien-être complet qui doit être physique, mental et psychologique. Le domaine qui nous intéresse est le domaine physique. Ça s'entretient. Le policier est obligé de pratiquer les sports pour entretenir son état physique. Et dans les sports, il y a le volet entretien physique et le volet compétition», a déclaré le général Alain-David Nzila.

Il a précisé que ce gala de boxe va permettre à la PNC de lancer les activités effectives du groupement sportif créé il y a quelques années par la loi sportive congolaise mais resté dans le tiroir pendant longtemps.

«Nous voulons le ressusciter maintenant pour organiser toutes les disciplines sportives au sein de la police. La loi confère à ce groupement une autonomie totale, c'est-à-dire que le groupement sportif particulier Sports dans la police peut organiser tous les championnats dans toutes les disciplines sportives sur le plan provincial comme sur le plan national».

Cohabitation police-population

Selon le général Alain-David Nzila, l'organisation de ce gala de boxe fait suite à l'interpellation faite à la police par l'UBO depuis l'Allemagne : «L'UBO a saisi officiellement le commissaire général de la police pour lui dire qu'il y avait risque que les deux boxeurs champions internationaux perdent leurs titres sur tapis vert, c'est-à-dire sans combat. La police avait la responsabilité d'organiser rapidement ce combat. C'est pour cela que le commissaire général de la police nous a chargé d'organiser ces deux combats professionnels. Et comme nous sommes pendant le mois de la femme, nous organisons aussi un combat international féminin où une Congolaise de la police va affronter une boxeuse française. Les deux boxeurs qui vont affronter les policiers sont des boxeurs belges ».

Le commissaire divisionnaire adjoint de la PNC a, par ailleurs, mis l'accent particulier sur le concept que la PNC a adopté, à savoir «la police de proximité». Il a indiqué que ce gala de boxe s'inscrit dans la ligne droite de cette vision de chose, c'est-à-dire que le civil ou la population ne doit pas voir au policier son ennemi. Le policier n'est pas l'ennemi de la population. La population ou le civil n'est pas la proie à dévorer par le policier. «Nous sommes appelés à vivre ensemble. Et quand nous pouvons nous rapprocher, il y a plusieurs moyens, mais un des moyens, c'est pratiquer le sport, manger et boire avec la population civile», a-t-il lâché.

Autre bien-fondé de ce gala de boxe, «nous pensons que dans sa nouvelle image, la police peut contribuer à l'encadrement de la jeunesse en organisant des combats de boxe, non seulement dans de grands hôtels de Kinshasa, mais aussi dans des communes».

Cet événement est baptisé «Bibotu ya boyokani na banoko», entendez « Coups de poing avec les colons » dans le cadre du fair-play.

Congo-Kinshasa

Moise Katumbi libre de regagner la RDC

Le dernier obstacle qui empêchait Moïse Katumbi Chapwe de regagner le pays vient d'être levé par… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.