Cote d'Ivoire: Santé/Réforme hospitalière - Aka Aouélé : « Les Chu ne sont pas privatisés »

Une nouvelle ère s'ouvre pour le système de santé avec le projet de loi portant réforme hospitalière.

Une réforme salutaire qui profitera en particulier aux patients. Mais qui, dès l'annonce, a entrainé des rumeurs, laissant croire que l'État se dessaisissait, au profit du privé, de la gestion des hôpitaux. « Non, les chu ne seront pas privés », précise le ministre Aka Aouélé. Qui tient à rappeler que l'avant-projet de loi portant réforme hospitalière adopté le mercredi en Conseil des ministres, vise à une meilleure gestion des Chu, Chr et des hôpitaux généraux. Qui en devenant des Établissements Publics Hospitaliers (Eph), ouvrent ainsi la voie à une gestion administrative et financière plus autonome des structures de santé.

« En réalité, l'adoption de ce projet de loi vient mettre fin à une lourdeur dans la gestion des structures de santé qui engendrait une insuffisance dans les prestations de soins. Il n'est nullement question de privatisation des structures de santé publiques mais d'un nouveau mode de gestion pour se conformer aux normes pour une offre de soins de qualité», ajoute le ministre de la santé et de l'hygiène publique.

Cette nouvelle organisation financière et comptable garantit une fiabilité des opérations économiques et la gestion optimale du patrimoine. Autre précision de taille, les coûts des prestations demeurent en l'état. « Le gouvernement, soucieux du bien-être de la population, a entériné le message du Président de la République de faire des années 2019 et 2020 années du social, faisant de la santé pour tous, la priorité de son action. »

Le ministère de la santé tient donc à rassurer les populations ivoiriennes et les prestataires de soins que la réforme hospitalière vient combler au mieux les insuffisances de notre système sanitaire. L'Eph, il faut le rappeler, est une personne morale de droit public disposant de l'autonomie administrative et financière dont la vocation est sociale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.