15 Mars 2019

Cote d'Ivoire: Lutte contre la cybercriminalité - Comment la Côte d'Ivoire veut renforcer son dispositif

Dans le but de renforcer son dispositif de lutte contre la cybercriminalité, la Côte d'Ivoire veut ratifier la Convention de Budapest sur la cybercriminalité du Conseil de l'Europe.

Pour ce faire, un atelier d'information sur cet instrument juridique international en matière de cybercriminalité et de preuves électroniques se tient depuis ce 12 mars à Abidjan, à l'attention des experts des ministères et autres structures étatiques. A l'ouverture de la rencontre, le ministre de l'Economie numérique et de la Poste, Claude Isaac Dé, a indiqué que son ministère travaille d'arrache-pied pour l'adhésion de la Côte d'Ivoire à cette convention.

Aussi s'est-il félicité de la tenue de cet atelier. « La Côte d'Ivoire seule ne peut lutter efficacement contre le fléau de la cybercriminalité. Il lui faut interagir avec les pays voisins, voire avec l'ensemble des pays d'Afrique et au-delà. Aucune institution ne parviendra, toute seule, à mettre en place une stratégie efficace de lutte contre les cybermenaces. Pour mieux appréhender la menace, il nous faut adopter une stratégie globale panafricaine et internationale de la cyber sécurité », a-t-il souligné. Mais avant, Claude Isaac Dé a rappelé les textes réglementaires en vigueur et les mesures prises par la Côte d'Ivoire pour combattre ce fléau. Il s'agit, entre autres, de la loi relative aux transactions électroniques, la loi relative à la protection des données à caractère personnel, la loi relative à la lutte contre la cybercriminalité. Au plan opérationnel, l'Etat a créé, a-t-il informé, la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (Plcc) et le Computer emergency response team (Cert) national.

A cet effet, le ministre a annoncé la création d'un Cert sectoriel dédié aux secteurs des banques et des assurances FinCERT. « Toutes ces initiatives du gouvernement ivoirien pour lutter efficacement contre le fléau de la cybercriminalité l'ont été avec l'engagement et l'implication du ministère de l'Intérieur et de la Sécurité, ainsi que du ministère de la Justice et des Droits de l'Homme », a-t-il fait savoir. Secrétaire exécutif du Comité de la Convention sur la cybercriminalité du Conseil de l'Europe, Alexander Seger, a insisté sur la nécessité de combattre la cybercriminalité par la coopération et sur les avantages pour un pays à ratifier la Convention de Budapest. Notamment, la reconnaissance d'un cadre juridique qui réponde aux exigences d'un Etat de droit, une coopération efficace et fiable avec d'autres pays, la participation aux travaux du comité sur la cybercriminalité, l'accroissement de la confiance du secteur privé au pays, etc.

Cote d'Ivoire

Bouaké - Un Sénégalais de 25 ans tué par balles devant son magasin

Amadou Tidiane Ly, un Sénégalais, âgé de 25 ans, a été abattu par des malfrats… Plus »

Copyright © 2019 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.