16 Mars 2019

Sénégal: Cumul de mandats - Cette chape qui plombe les collectivites locales !

Véritable objet de polémique au Sénégal, lors du premier mandat de Macky Sall, le phénomène de cumul de mandats qui touche la plupart des collectivités territoriales fait certainement partie des grandes questions sur lesquelles le président Sall qui va entamer le 02 avril prochain son second et dernier mandat est très attendu.

En effet, la prise en charge de mesures contre ce phénomène pourrait contribuer non seulement à rétablir la rupture avec le principe de gestion de proximité des collectivités territoriales mais apaiser le climat politique.

L e phénomène de cumul de mandats demeure un véritable casse-tête dans la vie politique au Sénégal.

Au niveau local, ils se comptent sur les doigts de la main, les personnalités portées à la tête d'une administration publique locale (Conseil municipal ou départemental) et qui se consacrent exclusivement au mandat qu'elles ont reçu de leurs administrés. La tendance semble être plutôt dominée par ce phénomène de cumul de mandats.

A la tête de la plupart des 557 communes que compte notre pays, les maires titulaires administrent par délégation de signature à l'un de leurs adjoints voire même directeurs de cabinet.

En effet, du fait de leur situation (ils cumulent mandat de maire ou président de Conseil départemental avec celui de ministre ou de député), ils sont très souvent abonnés absents dans leurs localités.

Ainsi, leurs administrés peuvent rester plusieurs semaines voire des mois sans voir l'ombre de leur élu occupé par ses charges gouvernementales ou législatives.

Cette situation marque également une rupture avec le principe de gestion de proximité des collectivités territoriales par leurs élus, prôné par la loi 2013-10 du 28 Décembre 2013 portant Code Général des Collectivités locales.

Sous ce rapport, une révision de la Loi organique n°96-11 du 22 mars 1996 relative à la limitation du cumul des mandats électifs mais aussi les dispositions de loi 2013-10 du 28 Décembre 2013 portant Code Général des Collectivités locales qui limitent l'interdiction de cumul aux seuls mandats électifs devient un véritable enjeu politique dans ce dernier mandat du président réélu, Macky Sall.

En effet, la prise d'une décision dans le sens de mettre définitivement fin à ce phénomène de cumul de mandat pourrait grandement contribuer à la sédentarisation des élus dans leurs localités.

A cela, il faut aussi ajouter la possibilité d'une union entre les élites venant d'un même terroir au niveau local mais aussi national qu'une interdiction de cumul pourrait favoriser si l'on sait que leurs querelles sont le plus souvent fruits des ambitions que les uns ont pour les fonctions des autres.

Sénégal

Mutilations génitales et les mariages d'enfants - Abolir ces pratiques culturelles d'ici 2030

Le premier sommet sur les mutilations génitales féminines et les mariages d'enfants ouvert à Dakar,… Plus »

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.