16 Mars 2019

Congo-Brazzaville: Le gouvernement et les partenaires onusiens en passe de franchir une nouvelle étape

Les deux parties devraient signer, dès le 19 mars à Brazzaville, une feuille de route censée orienter les aides au développement en faveur du Congo, durant les prochaines années.

Le Plan-cadre des Nations unies pour l'aide au développement au Congo, période 2020- 2024, sera d'abord signé le 18 mars sur place par tous les chefs d'agences onusiennes présentes au Congo, avant une cérémonie officielle de signature le lendemain entre la ministre du Plan, de la statistique et de l'intégration régionale, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas, et le représentant résident du système des Nations unies, Anthony Ohemeng- Bohama.

Justement, les deux personnalités ont évoqué le sujet, le 15 mars à Brazzaville, au cours d'un tête-à-tête. Anthony Ohemeng- Bohama, en fin de mandat au Congo, tient à signer le plan-cadre avant son départ.

« Je suis venu non seulement pour faire mes adieux, mais aussi pour évoquer deux activités majeures dans le cadre de notre partenariat », a confié le diplomate onusien.

L'intervenant faisait ainsi allusion à la finalisation de la feuille de route et à la tenue d'une réunion élargie qui va permettre aux parties prenantes d'assurer la coordination des différentes interventions des partenaires dans le pays et surtout dans le département du Pool.

« Nous nous réjouissons du retour de la paix dans le Pool, grâce surtout aux efforts du gouvernement congolais. Nos agences ont accompagné la phase humanitaire avec surtout l'appui d'autres partenaires au développement », a ajouté le représentant résident sortant.

La dernière phase qui reste, a-t- il poursuivi, concerne la réintégration et la réhabilitation de cette partie du pays, y compris le retour de l'éducation, la santé, l'agriculture.

Les stratégies prioritaires de ce volet sont contenues dans la nouvelle feuille de route que le remplaçant d'Anthony Ohemeng-Bohama devra poursuivre.

Le bureau exécutif du PAM approuve un programme en faveur du Congo

Peu avant le tête-à-tête avec le coordonnateur sortant du système des Nations unies, la ministre Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas s'est entretenue avec la directrice régionale du Programme alimentaire mondial (PAM), Lola Castro.

Au centre de leur entrevue, le suivi de la mission à Rome (Italie), où le bureau exécutif de l'agence onusienne a pu adopter le programme pays pour les cinq prochaines années.

Les deux parties ont présenté des programmes liés à la lutte contre la faim et l'insécurité alimentaire.

Elles ont décidé de travailler ensemble dans tous les départements du pays afin d'améliorer la situation alimentaire et nutritionnelle des femmes et enfants, notamment à l'intérieur du pays.

La situation alimentaire demeure préoccupante au Congo, avec un taux de malnutrition chronique encore élevé. Pire, la malnutrition aigüe se situe entre 8 et 9% dans certaines localités du Pool, d'après l'organisme onusien.

La malnutrition est très dangereuse pour l'épanouissement des enfants, parce qu'elle peut affecter leurs cerveaux puis leurs capacités d'apprentissage à l'école.

« Le pays dispose pourtant d'un grand potentiel humain et agricole qu'il faut optimiser. Nous allons essentiellement appuyer le secteur privé pour augmenter la capacité de production locale comme les petits producteurs des haricots dans la Bouenza et les producteurs de poisson dans le Pool », a assuré la représente régionale du PAM.

Congo-Brazzaville

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.