16 Mars 2019

Ile Maurice: MBC - Critiquée depuis la nuit des temps

Manifestation rouge devant la MBC ce matin. Ce qui irrite : la «boîte à propagande»... L'occasion aussi de s'intéresser aux différentes nominations au sein de cette station à chaque changement de régime.

Une constance : les manifestations n'ont pas manqué contre ce que d'aucuns appellent «la boîte à propagande». Pourtant, ils sont nombreux les politiciens à avoir utilisé la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) à leurs fins.

La critique qui revient comme un leitmotiv : la gestion du temps d'antenne ou les sujets portant sur les partis de l'opposition. Ce matin, ce sont les représentants du Parti travailliste qui vont tenir une manifestation pacifique, à Moka, pour dénoncer cette situation.

«Nous vivons dans un pays libre», fait pour sa part ressortir le président de la MBC, Bheejaye Ramdenee.

Mais, va-til pour autant accueillir les manifestants ce matin ? Ce, alors que son directeur par intérim, Anooj Ramsurrun, n'est du reste pas au pays.

«Tout est téléguidé depuis le bâtiment du trésor. C'est devenu Pravind Broadcasting corporation. »

«On va leur offrir de l'eau. Toutefois, ma porte est ouverte s'ils ont l'intention de quitter une lettre à la direction pour manifester leur mécontentement envers la chaîne.»

Ce dernier avance qu'il n'est pas contre l'idée d'organiser plus tard une table ronde avec les manifestants. Et de préciser qu'Anooj Ramsurrun se trouve à Rodrigues dans le cadre de ses rendez-vous, que lui aussi «avait des rendez-vous mais je ne suis pas parti... »

Pour le Parti travailliste (PTr), le départ du directeur par intérim était une manœuvre calculée. Mais cela ne les empêchera pas de tenir cette manifestation pacifique, indique le président du PTr, Patrick Assirvaden. « est une boîte à propagande pour le Premier ministre.

On sent que c'est un mariage forcé De toutes les manières, notre manifestation n'est pas dirigée contre une seule personne mais contre l'institution. La MBC.»

Patrick Assirvaden soutient que ce rassemblement ne concerne pas uniquement le PTr, mais tous ceux qui pensent que la station de télévision nationale ne joue pas son rôle.

«Nous invitons nos partisans, mais aussi tous les observateurs et ceux qui ont des revendications contre la MBC. Depuis quatre ans, il n'y a que des diffamations à l'égard de Navin Ramgoolam.»

D'ailleurs, ce dernier sera également présent lors de la manifestation de ce matin. Il s'agit là du deuxième mouvement de protestation des Rouges devant la MBC. La dernière remonte en 2002, à Louis-Pasteur, Curepipe.

Autres habitués de manifestations devant les locaux de la MBC: les Verts Fraternels. Que ce soit en 2018 et même en 2019, la bande de Sylvio Michel s'est présentée à Moka, faisant état de sa désapprobation quant à la programmation de la chaîne et les derniers recrutements effectués.

Le Mouvement militant mauricien (MMM) a aussi eu des déboires avec la chaîne nationale dans les années 80. Rajesh Bhagwan, secrétaire général du parti, dit se souvenir d'un épisode où les policiers ont même lancé des bombes lacrymogènes sur ceux présents.

Pour lui, la chaîne nationale «est pire que jamais». «Tout est téléguidé depuis le bâtiment du Trésor. C'est devenu Pravind Broadcasting Corporation.»

Et de souligner que pas plus tard que jeudi, il se trouvait en compagnie de Franco Quirin à la rue Vandermeersch pour voir les travaux du Metro Express.

«La MBC a effectué un montage qui a révolté les habitants. La population paie pour de la propagande.» Du reste, le MMM compte poser une question sur la MBC lors de la première séance du Parlement.

Les têtes d'affiche au gré des années

Qui sont ceux qui ont marqué l'histoire de la MBC ? Retour sur quelques noms dans le sillage de ces critiques contre la station...

D'abord, Jean-Roland Delaître. Il a été le premier directeur général (DG) postindépendance de la station de télévision nationale et à rester en poste le plus longtemps que ses successeurs. Après des fonctions de rédacteur en chef en 1964, il a été promu directeur de la programmation en 1967. Avant d'en devenir le DG en 1970.

Il a été pendant plus de 12 ans à la tête de cette institution nationale. Puis, a été limogé en juin 1982 parle gouvernement MMM-PSM, nouvellement porté au pouvoir. Enter alors Gaëtan Essoo.

Ce dernier ne fera pas de vieux os à ce poste. Un documentaire sur le trafic de la drogue diffusé sur les ondes est mal perçu par le Premier ministre d'alors, sir Anerood Jugnauth. Et il démissionnera en février 1983 suite à un profond désaccord avec Harish Boodhoo, ministre de l'Information de l'époque.

En octobre, c'est Basdeo Ramudhin qui prendra la relève à la MBC. L'homme compte 13 ans de carrière à la rue Pasteur. Il restera en poste comme DG jusqu'en 1986. Ce sera ensuite à Dan Callikan de lui succéder.

Fonctions qu'il abandonnera en 1988. Il sera remplacé par Dulliparsad Suraj Bali. Puis en 1991, c'est le principal conseiller de communication de sir Anerood Jugnauth, Nando Bodha qui occupe le poste de DG.

Néanmoins, il sera amené à démissionner en 1994 après avoir été publiquement désavoué par le président du board d'alors, feu Pierre Yin.

Au tour de Bijaye Madhou d'être nommé DG. Il y restera jusqu'en juin 1996 quand le nouveau gouvernement nommera Trilock Dwarka.

Qui cèdera la place à Hootesh Ramburn. Un homme plutôt discret qui est le seul DG à avoir été recruté après un appel à candidatures. Mais, il ne fera pas long feu et jettera l'éponge une année plus tard...

Torriden Chellapermal sera appelé à le remplacer. Toutefois, celui-ci quitte le poste en 2005 à la suite des élections générales et de la victoire des travaillistes.

Et là, le gouvernement se tourne une nouvelle fois vers Bijaye Madhou. Le comeback ne durera pas longtemps puisqu'il sera révoqué par Navin Ramgoolam pour laisser la place à un autre revenant: Dan Callikan.

Il faudra attendre les élections de 2014 pour voir un nouveau changement à la tête de la station nationale. Le gouvernement Lepep nomme Pritam Purmessur. Ce dernier prendra la porte de sortie huit mois après son passage à ce poste.

On lui reprocherait les finances de la MBC qui seraient dansle rouge. Limogé, il est remplacé par Meckraj Baldowa. Ce dernier quittera le poste en avril 2018 pour des raisons personnelles. Depuis, c'est Anooj Ramsurrun qui assume la suppléance.

Ile Maurice

Raj Ramlugun - Air Mauritius doit continuer à rouler peu importe l'issue de cette plainte

Face à la presse pendant 90 minutes ce vendredi 19 avril, Raj Ramlugun, ancien employé d'Air Mauritius et… Plus »

Copyright © 2019 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.