17 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Marché central - Congolais et indo-pakistanais fument momentanément le calumet de la paix

Le drapeau blanc a été levé. La situation est revenue à la normale. Depuis le jeudi 14 mars 2019, en effet, le Grand marché a repris son cours régulier, les magasins tenus par les chinois, indo-pakistanais, coréens et consorts ont rouvert leur porte dès 8h00.

Après avoir subit la colère des travailleurs, pour la plupart journaliers, pendant 3 journées, les expatriés tenanciers des magasins de commerce ont fini par trouver un compromis avec leurs employés. Ainsi, ont indiqué les grévistes, des accords ont été signés entre les deux partis, programmant l'amélioration du barème salarial d'ici trois mois. En outre, en termes de solution instantanée, l'horaire a subi une modification et son application a débuté le même jeudi.

"Désormais, les magasins ouvriront leurs portes à 7h40' voire 8h00' et seront clos à 16h30'. La pause devra, obligatoirement, être observée chaque jour et pour tous les travailleurs", a déclaré Djo-fils, vendeur dans un magasin indien sur l'avenue du Commerce.

A en croire les propos de plusieurs, l'amélioration de cette situation est due à l'implication des plus hautes autorités du pays qui, après avoir écouté les parties impliquées autour d'une table, a enregistré des plaintes et recueilli les propositions susceptibles de déboucher à des voies de sortie rapides, réelles et efficientes.

En effet, ont laissé entendre les ouvriers qui se disent victimes de cette situation depuis plus d'une décennie, c'est à la suite des accords signés que le sifflet de la mi-temps de la grève a retenti.

Cependant, il ne s'agit pas d'un cesser le feu définitif. "Les pourparlers ont donné lieu à un délai de trois mois pour que nos salaires soient revus à la hausse et que nos propositions faites soient intégrées. Ce qui signifie qu'après ce timing, nous serons à nouveau dans la rue, si et seulement si nous ne trouvons pas gain des cause", lâche Guelord Kamama.

Allant dans le même ordre d'idées, Papa Deo Nyunku, vendeur dans un magasin chinois, prête sa voix pour appuyer les idées de ses prédécesseurs. Selon lui, avec le nouveau régime, il semble que les effervescences sur la rue marchent bien et font vite réagir les autorités. Néanmoins, renseigne-t-il, à lire comment le paysage se dessine, il existe plus de probabilités pour que les conditions socioéconomiques des uns et des autres progressent. Toutefois, les mécanismes de contre-attaque et de rebondissement sont déjà dans le four en train d'être réchauffés par mesure de prudence, pour que les tumultes et insurrections refassent surface au cas où les promesses ne seraient pas tenues. "Nous continuerons à sortir encore et encore jusqu'à ce que nous soyons satisfait, pour une fois que nous avons le droit et la liberté de revendiquer sans qu'il y ait répression. Nous avons l'intention de bénéficier pleinement de cette nouvelle disposition", a-t-il confié.

Par ailleurs, faisant part librement de sa pensée à haute voix sur le futur du régime Tshisekedi notamment sur les revendications des salariés et de la question du social, Jean-Jacques Kadima est convaincu que dans peu de temps, "notre standard ainsi que celui de la majorité des salariés changeront. Puisque le porte-étendard du nouveau régime fait l'apologie du social et du bien-être des congolais comme étant son cheval de bataille. Aussi, il intervient aux cris d'alarme des siens... ce qui me laisse penser qu'il réussira à nous affranchir, à instaurer totalement le social dans le pays et à faire fleurir la joie et l'espoir des Congolais".

Congo-Kinshasa

Quinze corps retrouvés au Rwanda après le naufrage sur le lac Kivu

Le naufrage survenu en début de semaine sur le lac Kivu a fait plus de cent disparus. Samedi 20 avril, des corps,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.