17 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Mars - Une remise en question s'impose pour la femme congolaise !

Officialisée en 1977 par les Nations Unies, elle trouve son origine dans les manifestations des femmes au début du 20ème siècle, en Europe et aux Etats-Unis. La Journée Internationale de la Femme pour la défense de ses droits, et même le mois de mars, devraient plutôt être ceux des réflexions pour le genre féminin.

La femme doit cogiter sur son vrai rôle dans la société, sa position et son apport dans le milieu où elle vit. Comment éveiller sa conscience et bâtir intelligemment ce qu'elle entreprend avec la matière grise dont elle possède ? En dépit des barrières et contraintes qu'elle rencontrera, elle doit se battre et ne jamais abandonner, ne pas attendre une promotion sur un plateau mais l'arracher par son travail consciencieux car, de nos jours, le favoritisme n'existe plus, la méritocratie s'impose.

A l'international, c'est sous le thème : "Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement" qu'on eu à célébrer la journée du 8 mars. L'intelligence n'a pas de sexe, c'est un devoir pour la femme de chercher à se forger afin de se surpasser. Et ce changement ne peut s'effectuer que si la femme, elle-même, est prête à fournir des efforts car, vouloir c'est pouvoir, dit-on.

Elle doit persévérer dans le travail et apprendre à se sacrifier puisque rien de bon, rien de ce qui peut élever l'être humain, ne s'obtient sans efforts, ni sacrifices. Pendant cet apprentissage, elle doit être humble.

Elle doit être fortement exigeante envers elle-même, ne pas se contenter du peu, mais s'estimer capable de plus.

Au niveau national, le Ministère du Genre, famille et enfant a choisi le thème : "Ensemble pour promouvoir la paix, la sécurité et le genre par l'accès au service public de qualité". Le choix a été rationnel, cadrant avec le thème international.

Par ce message, il est important d'encourager toutes ces femmes battantes qui se débrouillent, tant bien que mal, pour nourrir leurs familles, scolariser et éduquer les enfants. Cependant, la société congolaise compte de nombreuses femmes avec des têtes bien faites. C'est le cas de Mme Thérèse Izay Kirongozi, créatrice des robots roulages, une telle ingéniosité à féliciter. Mais, aussi, les dames pilotes d'avion, Madame Yav et Mamina Ponshi.

La femme congolaise doit comprendre que son autonomisation ne dépend pas des hommes mais d'elle-même. Il est donc vital que les idées et les expériences des femmes influencent également la conception et la mise en œuvre des innovations qui façonnera notre société. Rappelons que la femme est fêtée chaque jour puisque sans elle, il n'y a pas de vie.

Congo-Kinshasa

Une seule candidate à l'élection du bureau définitif de l'Assemblée

C'est finalement ce mercredi que doit avoir lieu l'élection du bureau définitif de l'Assemblée… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.