Sud-Soudan: Le pape François réitère son souhait de se rendre au pays

(Image d'archives) - Un nouvel accord de paix a été signé le 12 septembre par les belligérants au Soudan du Sud. Sur la photo, le Président sud-soudanais Salva Kiir (à droite) serre la main de son rival, Riek Machar, à Addis Abeba, en Ethiopie, le 12 septembre 2018.

Le président sud-soudanais est depuis samedi au Vatican pour une visite de trois jours. Salva Kiir a rencontré le pape François et plusieurs officiels de l'Eglise. Ils ont notamment évoqué l'accord de paix de septembre dernier, qui entre dans une phase cruciale et commence à sérieusement se fissurer.

Lui-même catholique, Salva Kiir vient au Vatican pour chercher de l'aide et notamment utiliser l'influence du pape sur la scène internationale.

Le président sud-soudanais souhaite notamment que François encourage publiquement les bailleurs de fonds à soutenir l'application de l'accord de paix. Sous-entendu, à aider financièrement sa mise en place.

Mais le souverain pontife n'accordera pas son aide sans condition. « Il répète qu'il veut aller à Juba comme signe de son encouragement au processus de paix », explique le Vatican.

En mai 2017, une visite de François au Soudan du Sud avait en effet dû être annulée pour raisons de sécurité.

Or le calendrier de l'accord de paix accumule un retard préoccupant. Ce n'est pas par hasard si en février, les évêques sud-soudanais ont déclaré qu'il était en train d'éclater et que les parties se préparaient à reprendre la guerre.

Salva Kiir est d'autant plus sous pression qu'en mai, la période dite de pré-transition doit s'achever avec un nouveau gouvernement et le retour au pays du chef rebelle Riek Machar.

Vendredi, son mouvement, le SPLM-IO, a accusé le président sud-soudanais d'être de mauvaise fois, et de bloquer les fonds nécessaires alors que le pays produit 120 000 barils de pétrole chaque jour.

Salva Kiir, lui, ne cesse de répéter que son gouvernement n'a pas assez d'argent.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.