Ile Maurice: Grosses averses - Tensions à Tranquebar et pompiers à l'œuvre dans plusieurs régions

Trois maisons en tôle ont été sévèrement affectées par les intempéries de ce dimanche 17 mars, à Tranquebar. L'une d'elle s'est même effondrée alors qu'un bébé de sept mois s'y trouvait avec deux autres personnes. Les pompiers sont intervenus.

Une habitante, Delphine Lucele, a été blessée en sauvant le petit. Elle a dû recevoir des soins à l'hôpital Dr A.G. Jeetoo. Elle a pu repartir par la suite. «Monn tan enn loraz pe eklaté monn al sap lavi enn zanfan sept mwa. Monn al gagn dimal dan mo lédo», raconte Delphine Lucele. La pluie est à peine tombée une heure, que la maison s'est effondrée. Heureusement, l'enfant n'a pas été blessé.

Ces dégâts ont causé des tensions dans cette zone de Tranquebar, près du crématorium. Des résidentes, révoltées, s'insurgent contre le gouvernement et les élus. Elles se demandent comment on peut vivre dans ces conditions. «Gouvernma ki fer ?» s'indignent-elles devant l'état dans lequel leur maison se retrouve. Sur la quinzaine de bicoques en tôle, trois ont quasiment tout perdu. Télévision, matelas, tout a pris l'eau.

Ces résidentes réclament un logement et invitent les politiciens à venir voir la misère, pas de se contenter de réclamer leur vote. Le chemin pour rallier leur domicile est plein de boue. «Kifer pa koltar li, donn nou enn bout beton pour ki zanfan al lekol ? (... ) Vinn geté dan ki situasion nou été. (... ) Nou pa pe diman manzé nou, nou pe travay, pa bizin so Rs 175 nou, nou travay. Enn lakaz ki nou pe demandé», sont, en substance leurs revendications. Ce n'est pas par choix qu'elles squattent ces terres, disent-elles.

Les enfants ont des problèmes de peau. Sont dévorés par les moustiques, mais allèguent ces habitantes, il n'y a pas de campagne de fumigation.

Pompage d'eau et électricité coupée

Par ailleurs, outre à Tranquebar, les pompiers, parfois en collaboration avec la Special Mobile Force (SMF), ont procédé à plusieurs interventions dans le pays durant la journée :

Pompage d'eau dans des cours, maisons ou sur la route à Baie-du-Tombeau, Roche-Bois, Port-Louis (rue Poudrière et tunnel nord du Caudan), Terre-Rouge (Nelson Mandela) et à un arrêt de bus à Saint-Pierre.

A Batimarais, Rivière-des-Anguilles, et Surinam, ce sont des branches qui sont tombées sur la route.

La police (SMF et Special Mobile Force) patrouille également dans les régions à risque, Tranquebar, Sterling Tower, Caudan, Terre-Rouge, Saint-Felix...

Aucun centre de refuge n'a été ouvert.

La fourniture d'électricité a également été affectée dans le Sud. A 18 heures, le Central Electricity Board (CEB) travaillait à la remettre en place dans cette région.

Les habitants de Forest-Side ont, eux, subi une coupure à 13 h 50 pour deux heures. L'électricité a été rétablie pour moins d'une heure, avant d'être à nouveau coupée peu après 17 h 30. A 18 h 30 le CEB n'avait toujours pas remis le courant.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.