18 Mars 2019

Maroc: Le Souverain adresse un message au 5ème Forum Crans Montana de Dakhla

document

S.M le Roi : Nous considérons que l'Afrique, continent, est notre devoir, notre responsabilité, notre chance

S.M le Roi : Nous considérons que l'Afrique, continent, est notre devoir, notre responsabilité, notre chance

Dans le message qu'il a adressé au 5ème Forum Crans Montana de Dakhla qui a ouvert ses travaux sous le thème: "Bâtir une Afrique puissante et moderne au service de sa jeunesse", S.M le Roi Mohammed VI a mis l'accent, samedi, sur l'importance de la formation des jeunes en Afrique, afin de convertir le potentiel économique d'aujourd'hui dans le continent en réalité de demain.

«Notre jeunesse a besoin d'être portée, formée, responsabilisée et surtout valorisée. Il faut la former pour convertir le potentiel économique d'aujourd'hui en réalité de demain", a souligné le Souverain en mettant toutefois en garde contre l'échec dans ce domaine, qui serait "un terrible désastre pour le continent et pour d'autres régions aussi".

Le Souverain a appelé, dans ce cadre, à mettre en œuvre des réponses pertinentes et adaptées pour que les jeunes voient leur avenir en Afrique et pour l'Afrique, soulignant que l'accélération de la transition démographique doit être accompagnée du "lancement de grands chantiers de développement, capables de transformer la réalité du continent, en particulier dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'agriculture, des infrastructures, ou encore de la lutte contre la pauvreté".

Le Maroc, a indiqué Sa Majesté le Roi, veut œuvrer, avec ses frères africains, avec leurs amis et leurs partenaires, pour faire de l'Afrique une terre d'avenir, précisant que tel est l'esprit de l'action du Royaume depuis son retour au sein de sa famille institutionnelle africaine

"Nous considérons que l'Afrique, notre continent, est notre devoir, notre responsabilité, notre chance", a souligné le Souverain, rappelant, à ce titre, la décision du Royaume d'annuler, dès l'an 2000, l'ensemble des dettes des pays les moins avancés du continent envers le Maroc et la mise en place de mesures de facilitation des importations en provenance de ces pays.

Voici, par ailleurs, le texte intégral du message Royal dont lecture a été donnée par le président de la région de Dakhla-Oued Eddahab, Khattat Ynja:

«Louange à Dieu,

Paix et Salut sur le Prophète, sa famille et ses compagnons.

Excellences,

Mesdames, Messieurs,

Il m'est agréable de m'adresser aux participants à cette 5ème édition du Forum Crans Montana de Dakhla placée sous le thème « Bâtir une Afrique puissante et moderne au service de sa jeunesse » ; un thème qui ne peut qu'interpeller tous les acteurs, institutionnels et privés, bien au-delà de notre continent.

La nouvelle édition, à laquelle nous souhaitons plein succès, témoigne de l'ancrage durable du Forum à Dakhla : depuis 5 ans en effet, il s'est installé comme un rendez-vous important de réflexion et de recherche des réponses concrètes et novatrices au développement socioéconomique durable.

Car cette instance est bien un forum, un centre qui rassemble des participants issus de divers horizons et originaires des quatre coins de la planète ; un centre qui accueille des intervenants de haut niveau, mobilisés autour de thèmes liés certes à l'Afrique, mais irradiant tous les continents, grâce à l'émergence d'idées, de synergies et d'opportunités de coopération.

C'est également, pour nous, l'occasion de féliciter toutes les équipes mobilisées pour que cette importante rencontre soit une réussite. Nous remercions, en particulier, le président du Forum Crans Montana, M. Jean-Paul Carteron, qui, par son dynamisme et son sens de l'initiative, sait fédérer et convaincre.

En quelques années seulement, Dakhla rayonne sans conteste comme une ville de rencontres, un carrefour de dialogue. Le foisonnement empreint de convivialité et d'hospitalité de cette belle ville symbolise une Afrique, capable d'être au diapason des standards internationaux.

Excellences, Mesdames, Messieurs,

Il est possible que notre continent soit le lieu de beaucoup de promesses ; il est certain qu'il est celui de tous les espoirs. Il est surtout au centre de l'échiquier mondial. Et relever les défis de l'Afrique, c'est agir sur les enjeux géostratégiques internationaux et les changements en cours. Le temps de l'Afrique est arrivé. Ce siècle doit être le siècle de l'Afrique.

La raison première de cette conviction est la forte vitalité démographique du continent : sa population y est la plus jeune.

L'accélération de la transition démographique appelle de notre part le lancement de grands chantiers de développement, capables de transformer la réalité du continent, en particulier dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'agriculture, des infrastructures, ou encore de la lutte contre la pauvreté.

Ce sont là autant de défis qu'il appartient à l'Afrique de relever pour assurer son émergence.

19 ans - c'est aujourd'hui l'âge médian en Afrique. Cette jeune génération construira l'Afrique de demain, cette jeunesse contribuera à la paix, à la stabilité et au développement socioéconomique du continent.

Mais, notre jeunesse a besoin d'être portée, formée, responsabilisée et surtout valorisée. Il faut la former pour convertir le potentiel économique d'aujourd'hui en réalité de demain. L'échec dans ce domaine serait un terrible désastre pour le continent et pour d'autres régions aussi.

Le départ périlleux d'une partie de notre jeunesse à la recherche d'un avenir sous d'autres horizons, ne doit pas être une fatalité, ni la figure d'une Afrique en échec.

Notre intérêt commun est de travailler à la mise en œuvre de réponses pertinentes et adaptées pour que nos jeunes voient leur avenir en Afrique, pour l'Afrique.

Excellences, Mesdames, Messieurs,

Le Royaume du Maroc est conscient que l'Afrique a beaucoup à offrir, qu'elle a toutes les capacités et les qualités pour évoluer, s'engager avec audace et détermination, se transformer en profondeur. Le continent avance, et son émergence est une réalité mesurable.

L'Afrique a fait le choix de l'ouverture en refusant la logique de prédation et d'exploitation pure et simple de ses richesses, tout en préservant les valeurs de partage et de solidarité qui caractérisent ses cultures millénaires.

L'engagement du Maroc pour l'Afrique et en faveur d'une coopération Sud-Sud agissante n'est pas le fruit de circonstances ni d'intérêts étriqués. Depuis notre intronisation, nous n'avons eu de cesse de plaider pour une solidarité active, fraternelle et mutuellement bénéfique, car nous considérons que l'Afrique, notre continent, est notre devoir, notre responsabilité, notre chance.

Dès 2000, nous avons décidé l'annulation de l'ensemble des dettes des pays les moins avancés du continent envers le Maroc. Des mesures de facilitation des importations en provenance de ces pays ont également été mises en place.

Elles se sont traduites par une augmentation des exportations africaines vers le marché marocain. Par cette action, le Royaume a voulu traduire, dans les faits, sa responsabilité et son devoir d'inscrire la coopération dans une logique gagnant-gagnant.

Mû par cette responsabilité, le Maroc a fait le choix de l'ouverture, de la solidarité et de la main tendue avec l'ensemble de ses pairs africains ; le choix de promouvoir et de soutenir la paix, la stabilité et la sécurité en Afrique.

Nous sommes convaincus que ce sont là les conditions fondamentales à l'élaboration et à la réussite de politiques économiques et sociales qui garantiront, aux populations africaines, une vie meilleure et digne.

C'est au nom de cette même conviction que le Royaume veut œuvrer, avec ses frères africains, avec leurs amis et leurs partenaires, pour faire du continent une terre d'avenir. Tel est l'esprit de notre action, notamment depuis que le Maroc a rejoint sa famille institutionnelle africaine.

Il nous revient de mettre l'Afrique sur le chemin du progrès et de l'émancipation. Il nous revient de lui donner la force de se hisser à sa place légitime sur la scène internationale.

Il nous revient enfin de tout entreprendre pour mobiliser les acteurs et les forces vives qui construiront cette communauté de destin permettant l'émergence effective de l'Afrique.

Excellences, Mesdames, Messieurs,

Notre époque est traversée par des bouleversements sans précédent. La transition démographique, la conversion écologique, la révolution numérique et la mobilité sont les principaux ressorts de ces changements.

Nous devons nous adapter à ces nouvelles réalités et faire évoluer nos politiques pour le bien de nos populations et pour l'avenir de notre jeunesse.

Ce Forum est un des espaces de réflexion et d'échange qui permettent d'appréhender, dans la conjoncture internationale actuelle, les lignes de force, les points de vigilance et les sujets de débat.

Nous espérons que les recommandations qui seront retenues à l'issue de votre rencontre permettront de dégager de nouvelles formes de coopération et des synergies innovantes qui guideront les leaders politiques et les décideurs économiques dans ce travail en faveur de l'Afrique.

Nous vous félicitons, une fois de plus, pour cette initiative et cet engagement constant et vous souhaitons la bienvenue au Royaume du Maroc, un bon séjour à Dakhla et plein succès dans vos travaux.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh».

Haïti exprime sa reconnaissance

Le Premier ministre d'Haïti, Jean-Henry Céant, a souligné, samedi à Dakhla, que son pays est "reconnaissant" au Maroc, et le restera pour toujours, pour l'aide apportée par le Royaume à la reconstruction du pays après le séisme de 2010.

« Le Maroc est venu spontanément en aide du peuple haïtien suite au séisme qui a dévasté le 12 janvier 2010 la capitale Port-au-Prince », a indiqué Jean-Henry Céant, qui intervenait à la cérémonie d'ouverture officielle de la 5ème session annuelle du Forum Crans Montana.

«Je veux exprimer ma reconnaissance et mes remerciements quant à la générosité de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et du peuple et gouvernement marocains qui ont apporté une aide substantielle au Haïti», a-t-il ajouté, mettant en exergue « la qualité de l'assistance marocaine » dans ces circonstances difficiles.

«Le Maroc nous a proposé une aide constructive et structurante basée sur le capital humain et l'amélioration des compétences des jeunes», a rappelé le Premier ministre haïtien.

Dans ce sens, il a mis l'accent sur le développement des relations bilatérales, assurant que Haïti et le Maroc sont deux pays « frères et amis » qui partagent des « liens humains » et un « héritage culturel » ancestral.

En plus, a-t-il fait noter, l'accord-cadre et le mémorandum d'entente signés entre les deux pays respectivement en 2011 et 2013 sont venus renforcer la coopération bilatérale et impulser des relations de plus en plus intenses.

Gerhard Schröder appelle à l'intégration régionale

L'ancien chancelier allemand, Gerhard Schröder, a appelé, samedi à Dakhla, à favoriser davantage l'intégration régionale en faveur du développement et de la croissance notamment en Afrique.

"La coopération bilatérale et multilatérale est la seule approche à même de relever les défis que le monde confronte aujourd'hui comme la pauvreté, le développement durable, la prolifération des armes de destruction, la violence, car il n'y a aucun pays qui peut résoudre ces problématiques tout seul", a affirmé Gerhard Schröder qui s'exprimait à l'ouverture officielle du Forum Crans Montana.

Pour lui, ces efforts doivent porter principalement sur la sécurité et la stabilité, parce que "sans sécurité il ne peut y avoir de développement et sans développement aucune paix n'est possible", en priorisant les domaines de l'innovation, le leadership technologique et la recherche scientifique.

Par ailleurs, il a relevé que la coopération Sud-Sud devra permettre aux pays en développement de réfléchir ensemble et de concevoir des solutions efficaces, à travers l'intelligence collective et l'échange des expériences et des connaissances, comme cela a été le cas avec l'adoption par l'ensemble des membres de l'ONU de l'Agenda 2030 pour le développement durable, qui est justement un "bon exemple" de cette coopération.

Maroc

Cinéma - " Fièvres " d'Hicham Ayouch sur grand écran le 25 juin à l'IFC

Dans ce long métrage de fiction du Franco-Marocain met face-à-face deux inconnus. Il relate, en une heure… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.