18 Mars 2019

Sénégal: Doudou Sarr - «Il n'y a pas de contrainte de gouvernement pléthorique»

Avec seulement 10 à 12 ministres, on peut avoir un gouvernement qui gère bien le pays. C'est la conviction de l'ancien ministre Doudou Sarr qui estime qu'il n'est pas nécessaire pour le président Macky Sall d'avoir un gouvernement pléthorique, dans la mesure où il y a assez de travail. Le coordinateur du M23 trouve, par ailleurs, que la nouvelle société civile ne veut pas qu'il y ait dialogue.

En prélude à la prestation de serment du président Macky Sall, le 2 avril prochain, les regards sont tournés sur la composition de son nouveau gouvernement.

Une attention particulière motivée par les attentes des uns et des autres, surtout du côté de la forte coalition qui a permis la réélection de Macky Sall, dès le premier tour. Si certains s'attendent à un gouvernement pléthorique, d'autres, à l'image de l'ancien ministre, Doudou Sarr pense qu'il n'y a vraiment pas nécessité.

Sur les ondes de la radio privée Sud Fm, l'invité de l'émission politique Objection du dimanche 17 mars dernier, estime «qu'il n'y a pas de contrainte de gouvernement pléthorique».

Comme argument, M. Sarr d'indiquer que «tout le monde doit produire» et qu'il y a dans le pays «assez de travail et il n'y a pas assez de bras pour produire».

Donc, il reste convaincu qu'il y a beaucoup de postes possibles, mais pas que ceux de ministres. En définitive, il croit «qu'il n'y a pas de contrainte de gouvernement pléthorique».

Par conséquent, le coordinateur adjoint du M23 milite plutôt pour un gouvernement restreint à l'image des Etats Unis, de l'Allemagne, du Ghana, ou encore du premier gouvernement du Sénégal qui comptait 10 ministres, selon lui.

En effet, il reste d'avis «qu'entre 10 et 12 ministres, on peut avoir un gouvernement qui gère bien le Sénégal».

Estimant que ce n'est qu'une question d'organisation, il préconise que le Sénégal fasse comme le Ghana «où la moitié du gouvernement est représentée par les régions. Ces ministres qui représentent les régions jouent un rôle transversal».

Revenant, par ailleurs sur les profils des ministres, Doudou Sarr pense qu'un ministre doit apporter des solutions politiques dans le domaine qui lui est confié. Mieux, il trouve qu'il doit aussi assurer sa fonction à temps plein.

Même s'il ne parle de pas du problème du cumul de fonctions, il pense plutôt qu'un ministre ne peut pas être en même temps maire. Parce qu'à son avis, «il est obligé de se consacrer matin midi et soir à cette tâche».

LA SOCIETE CIVILE NE VEUT DE DIALOGUE

Se prononçant, en outre, sur le dialogue lancé par le président Macky Sall, l'ancien ministre pense que cet appel au dialogue n'est pas le même avec celui du septennat. Il reste convaincu que, pour cette fois-ci, ce n'est pas en fait le président Macky Sall qui appelle au dialogue, mais plutôt le peuple.

«Ce n'est pas le président qui appelle, c'est le peuple qui a voté en disant : «face à ce qui vient, aux ressources naturelles, aux djihadistes, ne nous divisez pas», a-t-il déclaré. Toutefois, il appelle à se méfier de «cette nouvelle société civile qui apparemment ne veut pas qu'il y ait un dialogue».

Parce que, selon lui, ce sont ces derniers qui disent qu'il n'est pas possible de dialoguer parce que les acteurs ne se font pas confiance.

Donnant ainsi des exemples de pays qui ont connu pire que le Sénégal, il indiquera que ces derniers ont pu enterrer la hache de guerre pour s'assoir autour d'une table.

Donc, estimant que l'appel au dialogue est la responsabilité de tous les acteurs politiques responsables, il dira qu'il n'est pas question de prendre prétexte « du fait que le président ait lancé l'appel pour ne pas y aller». Il trouve ainsi urgent et en même temps une obligation de s'assoir à la table.

Sénégal

Mutilations génitales et les mariages d'enfants - Abolir ces pratiques culturelles d'ici 2030

Le premier sommet sur les mutilations génitales féminines et les mariages d'enfants ouvert à Dakar,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.