18 Mars 2019

Sénégal: Eventuel troisième mandat de Macky Sall - Mounirou Sy dégage en touche

Le constitutionnaliste Mounirou Sy, par ailleurs conseiller du Premier ministre Dionne est formel : « un 3ème mandat pour Macky Sall n'est pas possible». Il l'a fait savoir dans l'émission Grand Jury d'hier, dimanche 17 mars. Tout en plaidant le retour du Sénat à la place du Hcct.

La question relative à la soi-disant possibilité offerte au chef de l'Etat de briguer un 3ème mandat, qui défraie actuellement la chronique s'est encore invitée hier, à l'émission Grand Jury de la Rfm. Seulement, pour l'invité du jour, en l'occurrence le constitutionnaliste Mounirou Sy, par ailleurs conseiller du Premier ministre Dionne, cela n'est pas un débat. Et Mounirou Sy d'arguer dans la foulée qu'un 3ème mandat pour Macky Sall n'est pas possible.

Et de souligner : « La disposition de l'article 27 de la nouvelle Constitution dit que le mandat du président est de 5 ans et nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs. En 2011-2012 on visait le mandat, actuellement c'est le président lui-même qui est visé ».

Qui plus est, il a tenu à rappeler que le président lui-même avait promis de ne jamais faire trois mandats.

A ce niveau, le professeur de droit a relevé que Macky Sall s'est prononcé, à ce sujet, il y a quelques mois, lors d'une audience publique, en affirmant que c'est lui-même qui a voulu que le Sénégal arrête, une bonne fois pour toutes, ce débat sur la limitation des mandats.

.Se prononçant par ailleurs sur l'armature politico-institutionnelle du Sénégal, le constitutionnaliste a invité le président de la République, Macky Sall qui va bientôt entamer son deuxième mandat de cinq ans à la tête du pays, à dissoudre le Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct).

A en croire Mounirou Sy, «cette institution créée par le chef de l'Etat lors de son premier mandat, doit être changée... Il faut faire revenir le Sénat.

Je pense que ce Sénat doit être restauré avec des hommes forts et être dirigé par Ousmane Tanor Dieng. Il faut également une bonne Assemblée nationale rationalisée». Avant de poursuivre : «si c'était moi, j'allais prendre cette décision avant juin.

Car, il doit faire revenir les institutions et prendre des décisions fortes». Interpellé par ailleurs sur l'idée émise par Aïssata Tall Sall d'anticiper sur les élections législatives et de les coupler avec les Locales, Mounirou Sy fera part de ses réserves.

Pour lui, « Il faut respecter le droit. Il faut retourner à l'orthodoxie parlementaire ». Ce qui lui fera dira, le respect du calendrier est primordial dans le fonctionnement d'une République.

Sénégal

Un rassemblement contre «l'opacité» des contrats pétroliers dispersé

Une vingtaine de partis politiques et d'organisations de la société civile avaient appelé à… Plus »

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.