18 Mars 2019

Ile Maurice: Fumigation - Aucun risque pour la santé

37 cas de dengue ont été récences à Maurice depuis le début du mois. Pour mettre un frein à la propagation de la maladie, le ministère de la santé fait des exercices de fumigation sur une base régulière, surtout à Vallée-des-Prêtres. Quelques images prises ce lundi 18 mars...

«La fumée dégagée par l'appareil utilisé pour la fumigation est plus nocive que celle de la cigarette.» C'est ce que fustigent des internautes, après que le ministère de la Santé a procédé à des exercices de fumigation dans les régions concernées par la dengue. D'ailleurs, deux employés du ministère qui procédaient alors à une fumigation à Vallée-des-Prêtres, le 12 mars, ont été agressés. Est-ce que le produit représente réellement un danger pour la santé ?

Actuellement, l'insecticide utilisé par le ministère de la Santé est l'Aqua K-Othrine. Dans les milieux concernés, l'on affirme que ce produit ne comporte aucun risque ni pour la santé ni pour l'environnement si les conditions d'utilisation sont respectées. «Ce produit est conçu pour traiter les espaces ouverts», explique un ancien responsable d'équipe du ministère. Il précise que les peurs exprimées sont des légendes urbaines, surtout lorsque les gens voient l'exercice en cours. «La fumée n'est jamais associée à une bonne santé», avance notre interlocuteur. Mais ce que le public ne sait pas, poursuit-il, c'est que l'insecticide est invisible...

C'est pour cette raison que le Nébol est ajouté à l'insecticide. «C'est le même produit qui est utilisé lors des spectacles... Donc, vous voyez bien que ce n'est pas dangereux. Sinon, les gens ne verraient jamais la fin des shows», ironise notre source. Le Nébol est utilisé pour que les employés du ministère voient quelle sur- face est couverte.

Et quels sont les risques ? L'ancien responsable d'équipe au ministère de la Santé affirme que l'Aqua K-Othrine est un «non residual insecticide». En langage normal, ça donne quoi ? «Le produit tue les moustiques sur le moment. Mais contrairement à d'autres produits, il n'y a pas de résidu. C'est-à-dire, l'insecticide 'part'», explique-til. C'est pour cette raison que l'exercice se fait en fin de journée, l'heure où les moustiques quittent leurs habitats à la recherche de sang.

Les insectes en contact avec le produit sont tués dans l'instant, dit-il. D'ajouter que si d'autres moustiques viennent coloniser les lieux le lendemain, ils ne risquent rien. «Bien sûr, avant l'exercice, nous prévenons les habitants afin qu'ils ne sortent pas de chez eux et qu'ils ferment les portes. Mais après l'exercice, il n'y a pas de risque», précise-t-il. Quant à ceux qui procèdent à l'exercice de fumigation, ils ont gants, masques et autres accessoires pour les protéger du bruit et des... moustiques.

Notre interlocuteur, qui a vu les épidémies de dengue et autres maladies transmises par des moustiques défiler, raconte que ce n'est pas la première fois que les field workers se font agresser, mais pas pour les mêmes raisons. Il y a quelques années, un groupe de fumigateurs s'est fait insulter dans le Nord car ils ne voulaient pas étendre l'exercice à d'autres quartiers...

Ile Maurice

Reporters sans frontières met en garde contre la nouvelle ICTA

Ces amendements à l'Information and Communication Technologies Act (ICTA) pourraient être utilisés… Plus »

Copyright © 2019 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.