19 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Les provinces en danger

La vente aux enchères, par les députés provinciaux, de leurs voix aux candidats aux sénatoriales du vendredi 15 mars 2019, constitue un grand danger pour les provinces de la République. Le péril se situe au niveau des mœurs mercantilistes qu'ils viennent d'afficher et qui n'augurent rien de bon pour le contrôle des gouvernements provinciaux.

Si la justice n'arrive pas à mettre hors d'état de nuire ceux qui se sont comportés en authentiques escrocs des voix des électeurs lors des élections provinciales, le 30 décembre 2018, le pays aura affaire à des élus corruptibles et malléables à merci.

Il ne fait l'ombre d'aucun doute que les friands de l'argent sale ne pourraient ni contrôler des gouverneurs pilleurs, ni leur proposer des projets de développement communautaire. On connaît le bilan des 12 ans de la dernière législature dans les provinces non démembrées du Kongo Central, du Maniema, du Sud-Kivu et du Nord-Kivu : fonctionnaires et personnels politiques ployant sous plusieurs mois d'arriérés de salaires, régies financières transformées en boutiques privées, routes impraticables, desserte déficitaire en eau potable et électricité, hôpitaux de référence sous-équipés, écoles sans bancs, déficits alimentaires chroniques, etc.

Quant aux nouvelles provinces issues du découpage territorial en 2015, à savoir le Kwango, le Kwilu, le Mai-Ndombe, le Kasaï, le Kasaï Central, le Kasaï Oriental, le Sankuru, le Lomami, le Haut-Lomami, le Lualaba, le Haut-Katanga, le Tanganyika, la Tshopo, l'Ituri, le Haut-Uélé, le Bas-Uélé, la Tshuapa, la Mongala, l'Equateur, le Sud-Ubangi et le Nord-Ubangi, aucune n'a réalisé le moindre décollage économique. Toutes sont restées totalement dépendantes des recettes rétrocédées par le pouvoir central, automatiquement aspirées par les émoluments des ministres et députés provinciaux, etc.

Après l'enfer de 2006-2019, le pire attend les entités territoriales, que gouverneurs de provinces et députés provinciaux corrompus ne peuvent que transformer en vaches à lait, au regard de leur boulimie à l'enrichissement rapide et sans cause.

Congo-Kinshasa

Jeanine Mabunda, première Présidente de l'Assemblée Nationale

La République démocratique du Congo (RDC) vient d’ouvrir une nouvelle page de son histoire… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.