19 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Corruption des députés provinciaux - F. Tshisekedi et les Chefs de corps frappent...

Conformément au vœu des millions de Congolaises et Congolais scandalisés et indignés par le monnayage, par les députés provinciaux, de leurs voix pour le choix des sénateurs, le Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi, et les chefs des corps de la République, ont frappé fort hier lundi 18 mars 2019, au terme de leur réunion tenue à la Cité de l'Union Africaine.

Trois décisions majeures ont été arrêtées à cette occasion : la suspension de l'installation du Sénat ; la suspension de l'élection des gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces ; l'ouverture d'enquêtes judiciaires, au niveau du Parquet général de la République, à charge des présumés corrupteurs et corrompus.

Au vu de la gravité des faits présentement connus de tous et du terrible discrédit jeté tant sur le futur Sénat que sur les assemblées provinciales des 24 des 26 provinces de la République, l'opinion se réjouit de la promptitude avec laquelle a réagi le Chef de l'Etat pour ne pas cautionner l'assassinat de la démocratie congolaise. Les mesures issues de la réunion interinstitutionnelle sont d'autant bien accueillies par la masse d'électeurs qu'elles bloquent l'accès automatique, par des sénateurs corrupteurs, à la chambre haute du Parlement. Par ailleurs, elles anticipent sur un nouveau feuilleton de corruption qui se profilait à l'horizon, en marge de l'élection des gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces, le 31 mars prochain.

La balle dans le camp du Procureur général

La balle se trouve maintenant dans le camp du Procureur Général près la Cour de Cassation, à qui le feu vert vient d'être donné pour la traque des sénateurs corrupteurs et des députés provinciaux corrompus. Il appartient à ce haut magistrat et à ses limiers de réunir toutes les preuves devant sous-tendre les actes d'accusation des hommes et femmes qui viennent de faire la honte de la République.

Il est à espérer que tous ceux qui détiennent des pièces à conviction à même d'aider le Parquet général de la République à boucler ses enquêtes dans les meilleurs délais ne vont pas hésiter à ses manifester, comme ils l'ont déjà fait à travers les réseaux sociaux et les médias. Nous pensons notamment à Luzolo Bambi Lesa, ancien Conseil Spécial du Chef de l'Etat sortant en matière de Bonne gouvernance, de lutte contre la Corruption, le Blanchiment des capitaux et le Financement du Terrorisme, à Adam Bombole, à Vidiye Tshimanga, à Evariste Mabi Mulumba, à Kyungu wa Kumwanza, à Modeste Mutinga, à Bahati Lukwebo, à Jean-Marc Kabund mais surtout à Alain Atundu.

Cette dernière personnalité serait d'un concours fort précieux pour la justice, car ayant enregistré et filmé à Bumba, selon ses dires, les séquences montrant des députés provinciaux ou leurs envoyés en train de lui proposer entre 10.000 et 15.000 dollars américains par voix pour lui garantir leurs suffrages.

Ce que tous les citoyens jaloux de l'éthique politique attendent du Parquet général de la République, c'est la mise au point des dossiers judiciaires suffisamment documentés pour mettre en accusation les candidats sénateurs et les députés provinciaux qui se sont livrés à la basse besogne de la pollution pécuniaire de notre démocratie.

L'on voudrait, au finish, voir invalidés les corrupteurs et les corrompus, de façon que cela serve de leçon à tous ceux et toutes celles qui ont escroqué le souverain primaire, en lui faisant croire qu'ils allaient le représenter valablement au Sénat et dans les assemblées provinciales. L'histoire vient de démontrer qu'en réalité, les uns et les autres visaient leurs intérêts égoïstes. D'où l'idée largement partagée par beaucoup de voir le législateur congolais généraliser le principe du « suffrage universel direct » pour tous les mandats électifs. Le changement de mode de scrutin est impératif pour redonner au souverain primaire le pouvoir de décider du sort de tout le monde : Président de la République, Député national, Sénateur, Député provincial, Gouverneur de province, Maire de ville, bourgmestre, Chef de secteur. Ainsi donc, tous les aventuriers sans moralité seraient effacés de la carte électorale nationale.

Congo-Kinshasa

L'Union africaine déconseille les restrictions de voyage Ebola

Malgré le risque de propagation dans la région, il ne faut pas imposer des restrictions de voyage aux… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.