19 Mars 2019

Cameroun: Cabale politique à l'Ouest - Le sultan Mbombo Njoya fait le procès des « taupes » du Rdpc

Le parti de Paul Biya refait douloureusement ses déchirures à l'Ouest suite à l'élection présidentielle du 07 octobre dernier. Sylvestre Ngouchinghé, Claude Juimo Monthé et Jean Pierre Fogui au bord de la guillotine.

Convoqués par le sénateur Ibrahim Mbombo Njoya, sultan-roi des Bamoun et coordonnateur de la délégation permanente du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais-(Rdpc) dans la région de l'Ouest, des cadres et présidents de section de cette formation politique se sont réunis le samedi 16 mars dernier à la maison du parti Rdpc de Bafoussam dans le cadre d'une session de leur académie politique. Loin des attitudes triomphalistes, les partisans de Paul Biya se sont posés une et mille questions sur le recul du Rpdc et la percée du Mouvement pour la Renaissance du

Cameroun (Mrc) lors de l'élection présidentielle du 07 octobre dernier.

Dans son mot introductif, le sénateur Mbombo Njoya a épinglé ces militants du parti des flambeaux ardents qui brillent par «une indiscipline manifeste lors des échéances électorales». Il n'est pas allé dans les détails. Mais l'analyste comprend bien qu'il dénonce ses militants du Rdpc ayant voté ou appelé à voter pour le Pr Maurice Kamto, candidat du Mrc, lors de la dernière élection présidentielle. Au nom du secrétaire général du comité central du Rdpc, Benoit Ndong Soumbet, ancien ministre de la Fonction publique et de la reforme administrative, soutient que le conclave de Bafoussam vise à rechercher « des voies et moyens pour l'amélioration des performances électorales du Rdpc à l'Ouest.»

Des têtes sont à couper

Reste que pour certains, cette volonté de colmater les brèches ne va aller sans des conséquences. Il se pourrait que des têtes sont à couper dans l'optique de permettre au parti de Paul Biya de reconquérir une bonne partie de l'électorat de la région de l'Ouest. Les leaders départementaux de la Mifi, du Haut-Nkam et de la Menoua sont particulièrement ciblés. Surtout qu'en sourdine, certaines pontes du régime dans la région, s'acharnent contre le sénateur Sylvestre Ngouchinghé, patron de la société Congelcam Sa et coordonnateur de la délégation départementale permanente du comité central du Rdpc dans la Mifi. « Cette affaire de détournement de la somme de 32 milliards que la Conac(Ndlr :Commission nationale anti-corruption) colle sur le dos du sénateur Sylvestre Ngouchinghé a été montée de toute pièce par des détracteurs pour noircir son image auprès du sérail. Le montant de sa contribution lors de la collecte des fonds pour le soutien aux victimes de la crise anglophone ou

l'enveloppe consacrée à la réfection de la Maison du parti Rdpc de Bafoussam n'a pas plu à certains jaloux. Aigris, ils sont prêts à tout pour le déstabiliser. Surtout qu'ils ont rependu qu'il aurait contribué au financement de la campagne du Mrc lors de la dernière élection présidentielle. Ce qui n'est qu'un mensonge insidieux », soutient une source proche du milliardaire de Bamougoum. Jean Pierre Fogui, coordonnateur dans la Menoua, a, quant à lui, perdu son poste de ministre Délégué auprès du ministre de la Justice au profit de Me Jean De Dieu Momo. La Haut-Nkam n'a pas eu droit au poste de ministre qu'il espère depuis l'évincement de Michael Ngako Tomdio, ancien ministre chargé des Mines, de l'eau et de l'énergie. Et Claude Juimo Monthé serait en voie d'isolement pour son « manque de charisme et d'engagement ». D'ailleurs, la liste des hommes d'affaires originaires de la région de l'Ouest à traquer-par des mécanismes de répression fiscale ou douanière- pour leur « engament politique timide en faveur de Paul Biya » pourrait s'allonger.

Cameroun

Plan de circulation dans la ville

Le présent plan informe les usagers de la voie publique des modifications qu'imposeront la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.