19 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Suspension de l'installation des sénateurs - Le MLC stigmatise l'amalgame et l'amateurisme au sommet de l'Etat

Le parti de Jean-Pierre Bemba a désapprouvé, le 19 mars, via un communiqué, les décisions prises le 18 mars au cours de la réunion interinstitutionnelle présidée par le président de la République, Félix Tshisekedi, dont celle d'ajourner l'installation du Sénat nouvellement élu.

Le Mouvement de libération du Congo (MLC) qui, depuis un temps, s'est feutré dans un long mutisme, est finalement sorti de sa réserve pour réagir aux décisions ayant sanctionné la reunion interinstitutionnelle présidée la veille par le chef de l'Etat, Félix Tshisekedi. C'est dans un communiqué signé par sa secrétaire générale, Eve Bazaïba, que le parti de Jean-Pierre Bemba a préféré s'exprimer sur la question. La suspension de l'installation des nouveaux sénateurs, telle que décidée par cette reunion, y compris le report de l'élection des gouverneurs, traduisent, d'après le MLC, l'incompétence de la nouvelle classe dirigeante à la tête du pays.

Pour ce parti politique, les décisions prises par l'interinstitutionnelle sont simplement anticonstitutionnelles puisqu'émanant d'un cadre non légal. Et de faire observer que cette réunion est juste « un organe informel dépourvu de tout pouvoir décisionnel au regard de la Constitution de notre pays ». Se voulant un parti républicain, le MLC relève l'incompétence absolue de cet organe notamment en matière électorale tout en prenant acte de la poursuite du cycle électoral par l'élection des sénateurs et celle consécutive des gouverneurs des provinces. Toutefois, le parti de Jean-Pierre Bemba déclare attendre « le changement de la direction de la Céni au mois de mai prochain après une évaluation sans complaisance de sa mission pour enclencher les réformes du système électoral ».

Pour ce parti, il ne fait l'ombre d'aucun doute que l'actuel leadership du pays fait de l'à peu-près. « Le MLC note avec sidération l'amalgame et l'amateurisme qui ont tendance à élire domicile au sommet de l'Etat. Les questions internes à un parti politique ne peuvent impacter la vie d'une nation », souligne le communiqué.

En plus d'être otage d'un accord sous seing privé aux contours flous, selon les termes du communiqué, il est également reproché à Félix Tshisekedi de ne faire aucun effort pour établir une nette démarcation « entre la gestion de l'Etat et ses intérêts privés tant familiaux que partisans ».

Congo-Kinshasa

L'Union africaine déconseille les restrictions de voyage Ebola

Malgré le risque de propagation dans la région, il ne faut pas imposer des restrictions de voyage aux… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.