19 Mars 2019

Ile Maurice: Services financiers - La FSC s'achemine vers la numérisation de ses opérations

Partagez cet article

Les orientations futures de la FSC s'insèrent dans un programme de développement en six points. La première initiative qui permettra à l'organisme de gérer toutes ses opérations à partir d'une plateforme numérique unique sera mise en œuvre cette année.

Permettre à la Financial Services Commission (FSC) de gérer ses opérations à partir d'une plateforme numérique unique. Ou encore mettre en place un FastTrack Application Scheme en vue d'accélérer le processus de traitement et l'approbation des demandes de licence. Tels sont, entre autres, les objectifs du plan de développement stratégique de la FSC, finalisé récemment. Les grandes orientations ont été dévoilées le vendredi 15 mars, lors de l'inauguration du centre d'excellence régional, un projet conjoint de la FSC et de l'Organisation de coopération de développement économiques (OCDE), en vue de conférer aux pays du continent africain les outils devant les aider à honorer les critères établis et les exigences de l'OCDE .

«C'est un plan qui jette les bases pour le développement de la FSC pour l'année en cours et les années à venir», a expliqué Renganaden Padayachy, président du conseil d'administration de la FSC. Les orientations futures de la FSC s'insèrent dans le cadre d'un programme de développement en six points, dont le premier sera mis en oeuvre au cours de cette année. Il s'agit d'une initiative qui va permettre à la FSC de gérer toutes ses opérations actuelles à partir d'une plateforme numérique unique. Ce qui, à terme, devrait aboutir à l'élimination totale du papier dans l'administration des affaires de cet organisme. L'objectif visé est de faire en sorte que la FSC parvienne à fournir les services disponibles au niveau de différentes sphères de ses activités en temps réel.

Une expérience lancée l'année dernière a permis à la FSC de constater l'impact de la numérisation si celle-ci est appliquée sur l'ensemble de ses services. La démarche a consisté à revoir complètement le système d'opération interne pour l'octroi de licence avec l'objectif d'atteindre plus d'efficience tout en adoptant une approche en tenant compte du facteur risque. Résultat : plus de 3 000 licences ont été octroyées l'année dernière dans les domaines des marchés de capitaux, des fonds d'investissement, de la Fin Tech, de l'assurance et des pensions.

Le plan de développement de la FSC comprend cinq autres axes. Le deuxième axe concerne la mise en place d'un Fast-Track Application Scheme. Cette initiative devrait contribuer à accélérer le processus concernant le traitement et l'approbation des demandes de licence. L'idée est de pouvoir répondre aux attentes de l'industrie.

Autre filière des services assurés par la FSC et dont le fonctionnement sera repensé est celle ayant trait à la supervision et au suivi des opérations après qu'une licence aura été délivrée. Plus question de s'appuyer sur les compétences humaines. La FSC, a indiqué Renganaden Padayachy, aura recours à la technologie conçue spécifiquement pour ce type d'opération.

Le mécanisme de mise en application des mesures promulguées par la FSC sera remis à niveau conformément aux attentes de l'industrie. Le but est de s'assurer que les mesures arrêtées soient mises à exécution de façon rigoureuse, efficace et en temps voulu ; et puissent contribuer à faire échec à toute tentative visant à contourner les règles établies et en même temps à prévenir toute forme de malversation financière.

L'autre domaine où la FSC ne veut pas commettre de faux pas, c'est celui de la réglementation. Pour prévenir tout risque de retard dans la gestion des changements et de l'application des mesures appropriées, la FSC, a indiqué le président du board, se dotera d'un cadre réglementaire, capable d'anticiper l'avenir et d'arrêter les actions nécessaires. Le recours à des cadres basés sur l'apport des technologies innovantes telles que la Fin Tech est envisagé.

L'installation du centre d'excellence régional a permis à la FSC d'être un centre d'intérêt pour les autres organismes régulateurs de la région. Elle entend faire bon usage de sa proximité avec ces organismes. Renganaden Padayachy annonce l'intention de la FSC de réunir les autres organismes régulateurs de la région autour d'une même table. L'objectif: constituer une plateforme commune qui leur permettra de parler d'une seule voix, en tant que centres financiers internationaux reconnus auprès de l'Union européenne et d'autres entités chargées de promulguer des normes et des critères de bonnes pratiques sur les marchés financiers mondiaux.

Ile Maurice

Ste-Croix - Descente de l'ICAC chez un trafiquant

Grosse mobilisation des enquêteurs de l'ICAC et de différentes unités de police ce lundi 17 juin… Plus »

Copyright © 2019 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.