19 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Signes indiens ?

Il est indéniable que l'élection de Félix Tshisekedi à la présidentielle, d'une part, et le processus d'alternance, d'autre part, ont été marqués par deux plus grandes retombées politiques, à savoir : les contestations de la coalition Lamuka représentée par Martin Fayulu ainsi que les échos d'un deal sous seing privé entre Kabila et Tshisekedi qui, du reste, a été confirmé par plusieurs politiques d'obédiences de ces deux Chefs d'Etat.

Au-delà de la lutte pro-vérité des urnes que mène Fayulu et certains de ses think tank, le pacte de ce tandem qui s'est élargi sur leurs coalitions FCC et CACH, sans vouloir dire grâces avant le bénédicité, semble, à l'heure actuelle, battre de l'aile. L'élément catalyseur de cette situation résulterait de la réunion interinstitutionnelle du lundi 18 mars dernier qui a eu pour résolutions majeures, la suspension de l'installation des sénateurs ou encore le report de l'élection des gouverneurs et vice-gouverneurs.

Offusqué par ces décisions prises sous la férule du Président Tshisekedi et qui remettent en cause sa majorité à la Chambre haute du Parlement, le Front commun pour le Congo n'a pas manqué de réagir et a, mordicus, rejeté toutes ces conclusions les qualifiant d'anticonstitutionnelles. Pas plus tard qu'hier, la jeunesse du PPRD, parti politique cher à Kabila Kabange, a battu le pavé de quelques rues de Kinshasa pour récuser ces verdicts. Dans les officines de ces deux plateformes, chacun dit déjà sa râtelée et accuse l'autre de lui poser d'embûches ou de faire fi au modus vivendi. Il y a des étincelles en l'air ! Et, de gros risques planent, vraisemblablement, sur la nation d'autant que ces deux camps, même s'ils n'arriveraient plus à coaliser, sont tout de même obligés de cohabiter.

Ce, puisque l'un bénéficie, semble-t-il, de la majorité parlementaire et, l'autre, a sorti de ses entrailles l'actuel Chef de l'Etat. Donc, le Premier Ministre, le Gouvernement, sera de l'obédience de l'ancien Président. Et, le Gouvernement de cohabitation, d'après ce que la nature politique renseigne, est, de temps à autres, pétri des contradictions qui peuvent même mener à l'éclatement. De ce simple fait et eu égard à ces germes dichotomiques, les adeptes de l'apocalypse sous-tendent déjà que les "signes indiens ne trompent jamais". Comme pour dire que ce deal est en voie de la rupture. Surtout qu'Emmanuel Macron avait convié Fatshi à prendre son indépendance vis-à-vis de son prédécesseur, en la personne de Kabila Kabange. Qu'à cela ne tienne, l'important, à l'heure qu'il est, c'est de privilégier l'intérêt supérieur de la nation.

Congo-Kinshasa

Violences en Ituri - Plus d'une centaine de morts en cinq jours

Des décès ont été enregistrés en moins d'une semaine lors des attaques à… Plus »

Copyright © 2019 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.