20 Mars 2019

Tunisie: Au parfum du nationalisme fasciste !

Les publicités politiques à la télévision n'étant autorisées que deux semaines avant le scrutin du 9 avril, les partis s'en remettent plus que jamais aux réseaux sociaux.

Dans l'esprit d'une campagne qui ne fait guère de place à la subtilité, le clip de la ministre de la Justice, Ayelet Shaked, a atteint son objectif, s'il s'agissait de faire parler d'elle et de la liste Nouvelle droite (droite nationaliste) où elle figure en deuxième position. Il a été vu des centaines de milliers de fois sur internet. La vidéo tourne en dérision les accusations de fascisme de ses détracteurs contre celle dont le nom, à 42 ans, est cité comme premier-ministrable, un jour. Grande pourfendeuse de la Cour suprême qui s'est signalée ces dernières années par des décisions défavorables à la droite sur la colonisation ou l'immigration, Mme Shaked montait encore au créneau dimanche contre la disqualification, par cette même cour, du chef de file d'un parti d'extrême droite largement accusé de racisme, et la validation au contraire d'une liste arabe.

Le far-west

Pas sûr cependant que tout le monde ait compris. «Tous ceux qui ne savent pas que la gauche accuse souvent Shaked de fascisme comprendront qu'elle soutient le fascisme en le présentant comme la démocratie», affirme sur Twitter Eylon Levy, journaliste de la chaîne i24. «J'ai eu honte, comment avez-vous pu laisser faire une chose pareille», a tweeté Yehoudit Shilat, figure du parti nationaliste religieux Foyer juif. Mme Shaked a aussi été critiquée pour alimenter les clichés sexistes. Pour Haim Har Zahav au contraire, journaliste à la radio publique, «ce clip est l'un des moments les plus honnêtes de la campagne, enfin une personne qui affiche ses idées, bravo». Les sondages suggèrent que la Nouvelle droite pourrait ne pas s'en tirer aussi bien qu'anticipé aux élections. D'autres partis se font entendre comme ils peuvent dans une campagne tapageuse. «C'est le far-west», dit Tehilla Shwartz Altshuler, du think-tank Institut d'Israël pour la démocratie, «il n'y a pas de réglementation»

Images de cimetière

Un porte-parole de la liste arabe Raam-Balad a indiqué que celle-ci avait porté plainte pour incitation au meurtre contre le député sortant Oren Hazan, réputé pour ses provocations. M. Hazan n'a pas obtenu de place sur la liste du Likoud (droite), le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et concourt aujourd'hui par lui-même. La vidéo de M. Hazan détourne une scène du western spaghetti «le Bon, la brute et le truand» et le montre dans son bain sortir son six-coups pour abattre le chef de Raam-Balad, Jamal Zahalka, député arabe et virulent critique des politiques israéliennes, notamment à l'encontre des Palestiniens.

Les voix qui dominent dans cette campagne tapageuse sont celles du Likoud et de la liste centriste Bleu-blanc de son principal concurrent, Benny Gantz. Une vidéo de M. Gantz, ancien chef d'état-major, vantait le nombre de «terroristes» palestiniens tués et de cibles détruites sous son commandement lors de la guerre de 2014 contre le mouvement islamiste Hamas à Gaza. Le clip a suscité l'indignation ou les sarcasmes de ceux qui ont rappelé la mort de centaines d'enfants palestiniens à Gaza en 2014.

Pas en reste, le Likoud a mis en scène le surcroît de violences palestiniennes qu'entraînerait selon lui la victoire de M. Gantz. Un clip montre des images tournées sur les lieux d'attentat et dans un cimetière militaire. Face aux critiques, M. Netanyahu a déclaré que ce clip était une erreur et ses concepteurs ont été remerciés.

Tunisie

LDC - L'Etoile Sportive du Sahel connait son advairsaire

L'Etoile Sportive du Sahel affrontera Hafia Football Club pour le compte du premier tour la Ligue des Champions… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.