20 Mars 2019

Cameroun: Pr. Touna Mama, coordonnateur général du Cameroon Business Forum - « La balle est dans le camp du secteur privé »

interview

Si on emprunte au langage des amphis, quelle note attribueriez-vous au CBF après 10 ans de fonctionnement ?

En tant que coordonnateur général du Cameroon Business Forum (CBF), je ne peux me noter moi-même.

Cependant, en dix ans, je peux observer que le CBF a beaucoup évolué. L'édition de cette année, comme tout le monde a pu le remarquer, était très particulière. D'abord du point de vue de la forme, et du déploiement, nous avons mis la rencontre aux standards internationaux.

Au-delà de la forme, on peut dire au fond que nous avons également beaucoup progressé. Le dialogue avec le secteur privé est beaucoup plus profond. Les méfiances sont minimes. Les privés voient bien que les pouvoirs publics sont disposés à les accompagner.

C'est le privé qui a choisi le thème et proposé que l'on passe d'une plénière à plusieurs ateliers thé matiques suivis de plénières. S'il est objectif, l'intervenant privé à ce CBF reconnaîtra qu'il n'y a jamais eu cela en dix ans.

Pourtant ces acteurs du secteur privé trouvent que le bilan du CBF est mitigé. Que leur répondez-vous ?

Le secteur privé ne fait pas son autocritique. Voilà sa principale faiblesse. Je prends l'exemple suivant pour l'illustrer : le CBF avait recommandé que le secteur privé ait une plateforme où elle prépare et exprime ses points de vue. Dix ans après, ses acteurs ne l'ont pas encore fait.

Qui peut donc agir de manière décisive pour que la situation change ?

La balle est dans le camp du secteur privé. Quand vous discutez avec les patrons du privé, vous remarquez au moins deux choses, en commençant par le surdimensionnement des egos.

Je regrette de le dire mais chacun se croit le plus beau, le plus fort et les organisations patronales sont dans cette optique utilisées comme fonds de commerce. C'est pour cela que, quand on veut les rassembler, chacun souligne qu'il a des spécificités, etc.

Deuxièmement, vous avez dû entendre les ministres demander que les privés s'organisent par filière. Eux, en revanche, veulent jouer au rentier, investir et s'endormir sur ces investissements en profitant des rentes qui tombent.

Ils n'investissent pas, ils ne prennent pas de risques, rechignent à payer les impôts et attendent que l'Etat s'occupe de leurs affaires. Cela ne s'est vu dans aucun pays.

A travers le thème de ce CBF, on comprend pourtant que le gouvernement compte sur le secteur...

C'est un thème qui se justifie pleinement car le chef de l'Etat a demandé que l'émergence soit une cause nationale. Il faut donc que tous les acteurs de la scène publique réfléchissent sur la question de l'émergence économique du Cameroun.

Moi-même, avant que le chef de l'Etat ne le demande, comme chercheur et conseiller du gouvernement, j'ai apporté ma contribution à travers l'ouvrage [L'économie camerounaise à l'épreuve de l'émergence, paru à Yaoundé chez Afrédit en 2018, Ndlr] que j'ai dédicacé au cours de ce CBF. J'ai réfléchi à cela pour contribuer au développement de mon pays.

Avant cet ouvrage, j'avais publié «L'économie camerounaise pour un nouveau départ » [chez le même éditeur].

On venait alors d'atteindre le point d'achèvement de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés. Les Camerounais étaient impatients de savoir ce qu'on peut faire à cet égard. Je proposais alors des actions à mener.

Dix ans après, je reviens sur le sujet pour revisiter la marche de l'économie camerounaise, mesurer : va-t-on au bon rythme ? Ne faut-il pas accélérer ?

Je propose d'accélérer car on avait prévu une croissance de 5% en moyenne lors des dix dernières années ; on est à 4,6%.

Evidemment, il faut tenir compte des contraintes pour être réaliste : la baisse du prix du pétrole, les problèmes sécuritaires qui viennent nous perturber à travers Boko Haram et les sécessionnistes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Il faut en tenir compte. Mais je dis également que s'il y a une amélioration significative de la gouvernance, on devrait avoir de meilleurs résultats.

Cameroun

17 Militaires Tués À Darak - Une Journée De Deuil National Instituée

Un décret du président de la République signé le 17 juillet 2019 déclare le vendredi… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.