20 Mars 2019

Cameroun: Cameroon Business Forum - On cherche plus d'efficacité

C'est la principale leçon à retenir de la 10e session de cette plateforme de dialogue entre le gouvernement, le secteur privé et les partenaires au développement qui s'est tenue lundi.

Plus de 400 participants venus d'horizons divers, mais ayant en commun la quête d'un climat des affaires plus attractif tant pour les nationaux que pour les investisseurs étrangers. Une session nettement plus participative, avec des ateliers thématiques et une séance de questions-réponses animée par le Premier ministre, Joseph Dion Ngute.

Séance au cours de laquelle des membres du gouvernement, en fonction des préoccupations de certains participants, ont été appelés à apporter des réponses et des éclairages sur les initiatives gouvernementales.

Voilà, sur la forme, le changement qu'on peut retenir de la 10e session du Cameroon Business Forum, tenue lundi dernier à Douala. Sur le fond, c'est la recherche de plus d'efficacité qui aura marqué les membres du gouvernement, les chefs d'entreprises publiques, parapubliques et privées, ainsi que les partenaires au développement qui ont fait le déplacement de la capitale économique pour une journée marathon, avec pour seul objectif l'amélioration du climat des affaires en vue de l'émergence du Cameroun.

A l'unanimité, ils ont salué les innovations dont l'objectif est de renforcer le dialogue, de parler de thèmes spécifiques à travers les ateliers afin d'avoir des réponses ou contributions plus concrètes aux diverses préoccupations des parties prenantes à ce dialogue. A ce jour, 90 réformes de la structure économique du pays sont le fruit du CBF. De manière concrète, on peut citer la création des Centres de formalités de création d'entreprises, ainsi que des textes de 2016 et 2017 qui consacrent la réduction du capital Social minimum d'une société à responsabilité limitée de 1 000 000 F à 100 000 F et la non obligation de recours à un notaire pour l'établissement des statuts de la Sarl.

Il y a aussi l'introduction du concept d'identifiant unique et l'institution du paiement par virement bancaire des impôts et taxes, la loi portant incitations à l'investissement privé, l'opérationnalisation d'une Centrale des incidents de paiements au sein du Conseil national du crédit (CBF 2015), etc. Mais cela reste insuffisant car, comme l'a indiqué Célestin Tawamba, président de la coordination patronale, le plan directeur d'industrialisation tarde à prendre corps.

Les entreprises souffrent encore de trop nombreuses coupures d'électricité ; et partir d'un bout à l'autre du pays, quel que soit le moyen de transport utilisé, n'est pas aisé. D'où l'appel des opérateurs économiques pour que des solutions à une mise en œuvre rapide des recommandations du CBF et des réformes y relatives soient trouvées.

Dans le même temps, le gouvernement attend du secteur privé qu'il investisse plus, tout en respectant sa part du contrat, notamment pour ce qui est du civisme fiscal. Chacun espérant que les recommandations et les réformes envisagées soient implémentées dans les meilleurs délais.

Cameroun

Le sénat invite deux corrompus députés européens du Front National

Le gouvernement arrogant du Cameroun est visiblement perturbé par la récente résolution… Plus »

Copyright © 2019 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.