20 Mars 2019

Afrique de l'Ouest: L'OMVS privilégie un aménagement concerté du patrimoine commun du bassin du fleuve Sénégal

Dakar — Le secrétaire général de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), Mamadou Diaby, a réitéré mercredi l'engagement de cette structure sous-régionale à s'orienter vers un aménagement concerté du patrimoine commun, notamment le bassin du fleuve Sénégal.

M. Diaby s'exprimait à Dakar lors de la cérémonie d'ouverture du comité consultatif du projet d'appui à la gestion intégrée des problématiques environnementales liées aux ressources en eau et du nexus eau-énergie agriculture dans le bassin du fleuve Sénégal (WEFE).

Ce projet, a-t-il rappelé, s'inscrit dans la continuité du partenariat entre l'OMVS, le centre commun de recherche (CCR), la Commission de l'Union européenne (UE) et l'Agence italienne pour la coopération au développement (AICS).

Entre 2009 et 2011, l'OMVS a réalisé son premier schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE).

"Cet important document de planification régionale à l'horizon 2025 a identifié les grandes problématiques de développement, dégagé les priorités et indiqué les actions à mener", a souligné le secrétaire général de l'OMVS.

Ce SDAGE comprend six orientations et un programme d'actions précis de 91 mesures visant à donner un cadre cohérent aux actions de développement, avec la protection des ressources en eau et des milieux associés, a expliqué M. Diaby.

Il a ajouté qu'il permet d'avoir des indications quant à la gestion intégrée et concertée de la ressource en eau partagée entre tous les usages.

Sa mise en œuvre a conduit à l'élaboration de trois schémas d'aménagement et de gestion, lesquels s'inscrivent dans la résolution de questions majeures, telles la dégradation des têtes de sources dans le Fouta Djallon, l'érosion des berges dans le haut bassin malien et la pollution des eaux dans le delta.

"Cette démarche qui fait du WEFE, un projet important, est partie des éléments de ce système d'aménagement et de gestion, en cohérence avec la charte des eaux, adoptée en 2002 par les Etats membres de l'OMVS", a dit Mamadou Diaby.

Il a déclaré que dans le but d'y arriver, "toute une panoplie d'activités a été identifiée tant en termes de renforcement des connaissances qu'en appui aux communautés et aux administrations pour la résolution des problèmes identifiés".

Il a signalé que l'Organisation édicte également, à l'échelle du bassin du fleuve Sénégal, des mesures de protection de l'environnement, les conditions de partage des ressources en eau entre les usages et le développement socio-économique des Etats.

Il estime que "dans la mise en œuvre des activités, il est important de prendre en compte la dimension du changement climatique".

Selon lui, l'OMVS, à travers les engagements respectifs de ses Etats membres, est résolument engagée dans le changement climatique. "C'est en fait la confirmation d'une option prise depuis la création de l'Organisation", a-t-il expliqué.

Sénégal

Macky Sall veut s'attaquer aux dérives au sein de l'État

Au Sénégal, le président Macky Sall n'a toujours pas communiqué sur son projet de… Plus »

Copyright © 2019 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.