Algérie: Le vice-Premier ministre multiplie les visites diplomatiques

Photo: Le Pays
Ramtane Lamamra, le vice-Premier ministre algérien

Rome lundi, Moscou mardi, Berlin mercredi... Le vice-Premier ministre algérien enchaine les déplacements à l'étranger alors que la grogne dans la rue contre le système au pouvoir ne faiblit pas.

Officiellement cette tournée a pour but de rassurer les pays partenaires de l'Algérie, tout en disant « non » à l'ingérence. Un déplacement qui sonne pourtant comme un appel à l'aide aux yeux de certains.

Officiellement, l'objectif est de montrer que l'Algérie entend les manifestants et que le pouvoir est engagé dans un dialogue national. En résumé, il s'agit de rassurer tous ceux qui s'inquiéteraient de voir chaque jour les Algériens descendre par dizaines de milliers dans la rue.

Ramtane Lamamra est presque allé jusqu'à positiver, lors de sa visite en Allemagne. « A vous et aux autres amis de l'Algérie, je vous dis : soyez rassurés.

Ce qui se passe dans mon pays est une évolution naturelle dans le cadre d'une étape historique de taille devant permettre au peuple algérien et notamment aux jeunes qui constituent la majeure partie de la société algérienne de bâtir, par lui-même, son destin. Cela devra permettre à l'Algérie de fonder un nouveau système politique pour remplacer celui qui est arrivé à son terme. »

Contre toute ingérence

Tonalité semblable lors de sa visite lundi en Italie, où il a, là aussi, parlé d'un « moment privilégié de l'histoire » de son pays. Un moment « qui se passe en famille », faisant ainsi allusion à son attachement à la non-ingérence.

Pour appuyer ses propos, le vice-Premier ministre a mis en garde toutes les « forces occultes », ou les ONG qui voudraient s'immiscer dans les affaires du pays. Même discours à Moscou mardi : la non-ingérence à tout prix.

Des mots qui sonnent comme une réponse à l'opposition dans un communiqué diffusé en début de semaine Ali Benflis a précisément dénoncé un pouvoir fragilisé qui réagit en « allant chercher la compréhension des uns et le soutien des autres ».

Une démarche qui va dans le sens d'une « internationalisation de la crise » souligne l'opposant. Une opération de communication en tout cas critiquée sur les réseaux sociaux.

L'Algérie est un pays souverain donc la France n'a pas à s'immiscer dans les affaires intérieures de l'Algérie. Elle n'a pas à le faire et ne cherche pas à le faire. C'est au peuple algérien et à lui seul qu'il revient de décider souverainement de son avenir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.