20 Mars 2019

Afrique: Africa CEO Forum - Le marché commun africain en débat à Kigali la semaine prochaine

L'intégration économique continentale va rassembler chefs d'Etats, politiques et chefs d'entreprises au Rwanda, les 25 et 26 mars. Deux jours de débats au cours desquels le secteur privé sera sollicité. L'ambition : faire de l'intégration économique du continent un atout puissant pour la croissance du secteur privé et l'émergence de nouveaux champions africains.

Alors que le Rwanda se prépare à accueillir une nouvelle édition de l'Africa CEO Forum les 25 et 26 mars à laquelle Paul Kagamé apportera sa contribution, Félix Tshisekedi vient d'annoncer sa participation aux débats. Il présentera à Kigali son projet de relance économique à la communauté des investisseurs internationaux et chefs d'entreprise réunis pour l'occasion au Rwanda voisin. Un projet articulé autour de la diversification de l'économie toujours très dépendante du secteur minier, du développement des infrastructures et de l'agriculture, de la lutte contre le chômage de masse et l'assainissement du climat des affaires.

Participation également confirmée pour Faure Gnassingbé, président de la République du Togo, accompagné d'une délégation ministérielle, qui présentera son Plan national de développement (PND) 2018-2020. Un programme ambitieux qui vise à positionner le pays en hub logistique et financier et, en particulier, accélérer le développement des pôles agricoles, manufacturiers et d'industrie extractive ; l'objectif étant de financer 65% de ces projets par le secteur privé.

Africa CEO Forum : six ans de rencontres pour faire bouger les lignes

Pour mémoire, l'Africa CEO Forum rassemble depuis six ans décideurs et financiers du secteur privé africain. Il est organisé par Jeune Afrique Media Group, éditeur de Jeune Afrique et de The Africa Report, et par Rainbow Unlimited, société suisse spécialisée dans l'organisation d'événements de promotion économique.

Lors de sa dernière édition en mars 2018 à Abidjan, l'Africa CEO Forum avait réuni pendant deux jours 1500 chefs d'entreprise, décideurs publics et investisseurs autour de la thématique de la transformation des « champions » africains face à la concurrence internationale.

Cette septième édition organisée autour de panels, séances plénières et ateliers a pour fil conducteur la construction d'une intégration économique continentale. Un objectif ambitieux et stratégique qui vient un an après la signature historique à Kigali, en mars 2018, de l'accord prévoyant la création de la Zone de libre-échange continentale.

Créer les conditions d'une zone de libre-échange continentale

Votée par cinquante-deux pays africains, la Zone de libre-échange continentale se veut un instrument de croissance, d'emploi et d'industrialisation appuyé par l'émergence d'une industrie continentale des services financiers sur la base de coopérations régionales.

Mais si l'intégration économique du continent est en marche dans les mots, elle doit maintenant se concrétiser en définissant ses priorités, tout en préservant ses intérêts et ses industries.

Encore faut-il convaincre le secteur privé. C'est ce à quoi s'emploieront le président Paul Kagamé et l'universitaire Carlos Lopes*, lors de la session d'ouverture au cours de laquelle seront identifiés les leviers susceptibles d'accélérer les échanges intra-africains inférieurs à 20% des échanges mondiaux.

Les grands débats des 25 et 26 mars à Kigali

Agrobusiness. Objectifs des débats : identifier les conditions nécessaires à l'éclosion d'espaces régionaux agro-industriels et accélérer les échanges intra-régionaux de produits agricoles et agro-industriels. Tirer les leçons des politiques agricoles régionales qui ont porté leurs fruits ailleurs dans le monde. Bâtir les espaces régionaux pour contribuer à la modernisation des petites exploitations.

Electricité. Quels projets transfrontaliers bâtir pour rééquilibrer le paysage électrique africain entre les pays en surcapacité et ceux en déficit ? Comment impliquer les opérateurs privés pour pallier aux fonds publics insuffisants, identifier les opportunités d'interconnexion en Afrique, clarifier la gouvernance des projets...

Economie numérique. Trouver les ressources et bâtir les écosystèmes pour produire les contenus et services en Afrique et créer les champions africains du numériquedans les domaines de l'e-santé, de l'intelligence artificielle, de l'agtech ou du mobile money. L'enjeu : passer du statut de consommateur digital à celui de producteur.

Femme et business. Trouver les ressources pour faire progresser la féminisation des postes de décision dans les entreprises africaines avec l'objectif de construire une charte de la diversité. Faut-il mettre en œuvre des quotas ? Quelles politiques de ressources humaines pour promouvoir les talents féminins ?

Afrique

CAN 2019 - Qui de l'Algérie ou du Sénégal succédera au Cameroun ?

Le Sénégal et l'Algérie se retrouvent ce vendredi 19 juillet 2019 au Caire pour la finale de la 32e… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.