21 Mars 2019

Tunisie: Mobilisation contre le terrorisme et l'intégrisme

Les femmes, un rempart contre l'intégrisme

Mohamed Rjab, 26 ans, éducateur de la petite enfance, brandit un énorme carton sur lequel il a pris le soin de graver en arabe : «L'égalité successorale pour garantir le caractère civil de l'Etat ». Le drapeau de la Tunisie en bandoulière, Mohamed dévoile les raisons qui l'ont poussé à participer à ce rassemblement. « Je suis venu pour défier ceux qui mettent en doute l'indépendance de la Tunisie. Mais également pour joindre ma voix à celle des femmes présentes qui se réclament un rempart contre l'intégrisme et le renoncement aux acquis de l'Etat civil et indépendant ».

À tour de rôle, les meneurs prononcent leurs discours avec emphase. Déplorant le désamorçage de la campagne de lutte contre la corruption engagée auparavant, ils s'indignent contre l'impunité et revendiquent la sanction des coupables. Amel, 36 ans, déléguée médicale, déclare qu'elle n'a pas voulu manquer l'événement, étant animée par un grand amour à la patrie. Accompagnée de sa mère et de quelques amis venus des périphéries du Grand Tunis, elle confie, avec grande amertume, être déçue de la faible participation des jeunes.

« Je plains et j'accuse tous les partis progressistes d'être les seuls responsables de la tournure qu'a prise la Tunisie. La guerre des ego à laquelle ils se sont livrés les a tellement détournés des vrais enjeux démocratiques, économiques et civiques. L'Histoire retiendra leur incommensurable égocentrisme. Ce qui se passe à la Compagnie des phosphates de Gafsa est un crime contre la Tunisie. Il faut que les choses bougent. Et cela ne peut se passer qu'à travers une forte participation des jeunes aux élections. Malheureusement, ils ne sont pas présents aujourd'hui et c'est de mauvais augure», lance Amel avec détresse.

La grande horloge qui fait face à la statue équestre du leader Habib Bourguiba affiche presque midi. Les participants se sont déplacés devant le ministère de l'intérieur, à quelques encablures du lieu de leur rassemblement en scandant « Tounès horra horra wel irhab ala bara », qui veut dire littéralement en français : « La Tunisie est indépendante, le terrorisme n'y a pas de place ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.