21 Mars 2019

Congo-Brazzaville: Assemblée nationale - Les députés s'opposent à la réduction de leurs émoluments

Delly Sessanga, l'élu de la circonscription de Luiza, dans le Kasaï central, auteur de la proposition, est d'avis que toutes les ressources du pays ne peuvent pas être consacrées à faire fonctionner les institutions.

Le député national Delly Sessanga a proposé, le 20 mars, au cours de la plénière consacrée à l'examen du règlement intérieur de la chambre basse du parlement, la réduction des émoluments des élus du peuple ainsi que le train de vie de l'Assemblée nationale.

Cette proposition a suscité quelques remous dans la salle, preuve que ses pairs n'étaient pas prêts à le suivre sur cette voie. La majorité n'a pas adhéré à l'offre du président du parti Envol qui s'est retrouvé quasiment seul à défendre l'intérêt de la population, otage d'une caste politique qui ne vit que pour elle-même. Passée au vote, la proposition n'a pas recueilli le nombre des voix nécessaires pour être adoptée.

D'où la déception de son initiateur qui n'a pas manqué d'exprimer à la presse son dépit au sortir de la plénière. « Je suis profondément déçu de voir que les élus nationaux ne sont pas engagés sur la voie de consacrer l'essentiel de l'effort national à la reconstruction de ce pays. Il faut savoir que le fonctionnement de nos institutions consomme l'essentiel des ressources publiques. Aujourd'hui, quand vous prenez rien que l'exécution du budget de l'année dernière, vous verrez que pratiquement 70% des ressources servent à payer le salaire et assurer le fonctionnement des institutions. Ça veut dire qu'à partir de ce moment-là, on n'a pas le moyen pour faire les investissements pour l'avenir, construire les écoles, les centres de santé, les routes et développer le pays », a-t-il déclaré.

Le salaire des députés s'élève à six mille dollars américains sans compter les primes et autres avantages. Un niveau qui, aux yeux de Delly Sessanga, paraît exorbitant dans un contexte socioéconomique précaire sur fond de cumul d'arriérés de salaires dans l'administration publique. L'élu de la circonscription de Luiza persiste et signe qu'on ne peut pas consacrer toutes les ressources du pays à faire fonctionner les institutions. « Les salaires trop élevés dans la sphère publique font qu'aujourd'hui, la politique attire vers elle tous les talents y compris ceux qui relèvent du livret de la société. Tout le monde rêve de devenir politique non pas pour servir mais parce que la politique est la seule voie qui permet un enrichissement rapide. Je voulais que l'Assemblée nationale donne le ton en assurant la réduction de son propre train de vie, celui des députés et ensuite s'attaquer à ceux des autres », a-t-il indiqué, visiblement désappointé face à la disparité qui entoure le partage du revenu national.

Congo-Brazzaville

Police nationale - Des inspecteurs en formation

L'inspection générale, en partenariat avec le service de sécurité intérieure… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.