21 Mars 2019

Sénégal: Amélioration de la recherche en milieu universitaire - La faculté des lettres et sciences humaines inaugure sa premiere bibliothèque facultaire

La Faculté des lettres et sciences humaines (FLSH) de l'Université Cheikh Anta Diop, a inauguré sa première bibliothèque facultaire, hier mercredi 20 mars 2019.

Ce joyau acquis sur fonds propres à hauteur de 15 millions de F Cfa, avec une capacité d'accueil de 100 visiteurs, permettra aux étudiants des 13 départements de la faculté d'accéder à la recherche et à la documentation grâce aux 9.500 volumes, et à l'interconnexion avec la bibliothèque centrale, aussi bien par voie physique que centrale.

Désormais les étudiants de la faculté des lettres et sciences humaines n'auront plus à se tracasser dans la recherche et la documentation.

En atteste la première bibliothèque facultaire inaugurée hier, mercredi 20 mars 2019, en présence du directeur de l'enseignement supérieur, du Recteur, du représentant de l'amicale des étudiants.

Bref, tous le corps professoral, ainsi que l'administration universitaire ont voulu marqué par cette présence, ce «rêve collectif», une première depuis la création de la faculté en 1958.

Pour le doyen de la faculté, Pierre Sarr, cette inauguration «entre dans les nombreuses réalisations de la faculté». Il explique que le coût de la bibliothèque est estimé à 15 millions, sur fonds propres.

Avec une capacité d'accueil de 100 visiteurs, pouvant varier à 200 visiteurs avec l'extension prévue à moyen terme, fera t-il savoir dans la foulée sous les applaudissements des nombreux étudiants venus assister à la réception de ce bijou.

Pour ce qui est du fond documentaire existant, Pierre Sarr dira qu'il est alimenté par des «dons provenant des départements, la production scientifique des enseignements de la faculté et du fonds reçu de la bibliothèque centrale».

A cela s'ajoute, la mutualisation des ressources financières entre les 13 départements. Ce qui permettra de l'avis du doyen de la faculté «d'accroitre le fond documentaire grâce aux acquisitions nouvelles prévues dans le budget de cette année 2019», dans lequel, il est aussi prévu l'obtention d'ouvrages pour une valeur de 10 millions de F Cfa destinés à la bibliothèque.

Toujours dans la dynamique de faciliter la recherche aux étudiants, le professeur Pierre Sarr annonce que le joyau nouvellement acquis est interconnecté avec la bibliothèque centrale et l'ensemble des bibliothèques des autres établissements.

Pour cela, dixit le professeur, «les aménagements et installations, en attendant, sont constitués de 7 rayonnages métalliques à double face, pour une capacité totale de 9.500 volumes, d'une banque de prêt, de 2 climatiseurs, d'un câblage informatique avec intégration d'un système de connexion wifi, d'une vidéo surveillance et de 5 terminaux destinés à la consultation du fonds documentaire numérique».

AMADOU ABDOUL SOW, DIRECTEUR GENERAL DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : «Je m'engage à offrir mes fonds documentaires et invite tous les doyens à le faire»

Venu présidé l'inauguration de la bibliothèque facultaire, le doyen Amadou Abdoul Sow, ancien chef du département de géographie et par ailleurs, directeur de l'enseignement supérieur, s'est engagé à offrir ses «fonds documentaires à la bibliothèque» et invite «tous les doyens à le faire».

Se félicitant de la réalisation de ce joyau, Amadou Sow dira que «les enseignants de la faculté ont nourri la volonté de disposer d'une grande bibliothèque, il ya de cela 4 à 5 ans». Il s'agit en fait de l'avis du doyen Sow, d'une bibliothèque dédiée à la faculté des lettres et des sciences humaines où l'on trouve prioritairement des collections, des articles de la Flsh.

Ce qui la différencie dès lors de la grande bibliothèque universitaire où «plusieurs articles, toutes les collections et tous les thèses et toutes sortes de accréditations venant de toutes les universités du monde», sont mis à la disposition des chercheurs.

Mais traditionnellement, nous fait savoir le directeur général de l'enseignement supérieur, «les départements de la faculté des lettres disposaient de petites bibliothèques avec des difficultés de trouver de la place, mais aussi des difficultés de renouveler le fond».

D'où la satisfaction de tous «les enseignants, fiers d'avoir une bibliothèque de plus de 200m2 avec des collections offertes par d'anciens doyens».

Toutefois, le doyen Sow invite les étudiants à faire «un meilleur usage» de ce joyau qui est le leur, et «aux enseignants en âge de retraite à offrir leur fond documentaire à la bibliothèque».

IBRAHIMA THIOUB, RECTEUR DE L'UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR : «Le livre reste le meilleur talisman pour se prémunir des traces rouges du stylo»

Pour le professeur Ibrahima Thioub, l'initiative de la faculté des lettres s'insère harmonieusement dans le cadre global des réformes en cours dans «notre université et dans la profonde évolution de l'enseignement supérieur depuis la concertation nationale sur l'avenir de l'enseignement supérieur».

Il ajoute que l'enseignement, le service à la communauté et la recherche sont les «trois missions cardinales de l'université».

Et Ibrahima Thioub de soutenir que dans ce circuit, la recherche occupe une place prépondérante, avant d'ajouter que «pour faire de la recherche, il faut de la documentation et pour se documenter nul lieu n'est plus indique qu'une bibliothèque».

En sensibilisant les étudiants sur cette «bibliothèque qui est essentiellement la votre», le recteur les invite à la fréquenter, à en être les bons usagers soucieux de respecter les règles et à assurer «vous-même les conditions de travail : le silence, la discipline, la propreté et le sens du bien commun».

Car, «le livre reste le meilleur talisman pour se prémunir des traces rouges du stylo», dira Ibrahima Thioub aux étudiants, non sans remercier au passage le doyen de la faculté des lettres et l'ensemble des acteurs qui ont contribué à la réalisation de ce joyau.

MOUSTAPHA BA, PRESIDENT DE L'AMICALE DES ETUDIANTS DE LA FLSH : «Il faut penser à la création d'une bibliothèque numérique»

Pour le président de l'amicale des étudiants de la faculté des lettres et sciences humaines, il faut penser à la création de bibliothèque numérique, qui répondrait à l'attente de tous les étudiants, ce qui aiderait à limiter «les bousculades au niveau des bibliothèques», et à faciliter l'accès à la documentation.

Revenant sur le joyau qui leur est offert, Moustapha Ba de dire que «cette bibliothèque a pendant longtemps été une demande de la communauté estudiantine».

Pour lui, c'est un bon début pour cette faculté de 32.000 étudiants et «nous invitons les autorités à renforcer cette bibliothèque». Toutefois, il exhorte ses camarades à plus de responsabilité, au respecter des règles, mais aussi et surtout à fréquenter la bibliothèque, en vue d'obtenir de meilleurs résultats.

Sénégal

Cannes 2019 - Mati Diop et Ladj Ly aspirent à la Palme d'or

Chaque grande chose commence petite... Au Festival de Cannes 2019, deux versions longues de deux courts métrages… Plus »

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.