21 Mars 2019

Sénégal: Plaidoyer pour une réforme du secteur de l'hydraulique

Dakar — Le directeur de l'Office national de l'assainissement du Sénégal (ONAS), Lansana Gagny Sakho, a plaidé jeudi pour une réforme du secteur de l'hydraulique au Sénégal.

"L'assainissement a un coût, aujourd'hui, l'ONAS a moins de 15% de la redevance sur le prix de l'eau. Je pense qu'il faut rééquilibrer les choses à travers la réforme de l'hydraulique", a-t-il déclaré

Lansana Gagny Sakho s'exprimait lors de la cérémonie de présentation du Programme national de développement durable de l'assainissement autonome (PNDDAA).

Ce nouveau programme se veut un outil stratégique visant à coordonner les approches et les méthodologies dans le sous-secteur de l'assainissement autonome (AA) en milieu urbain au Sénégal, dans le but d'atteindre le volet assainissement des Objectifs de développement durable (ODD) en 2030.

Selon le directeur général de l'ONAS, "il urge aujourd'hui de rééquilibrer les choses et de revoir la part de la SONES", à l'image de ce qui se fait en Tunisie, via "un partage équitable" de la redevance allouée à ce secteur.

L'ONAS a été lancé en 1996 "avec zéro investissement, nous sommes en 20019 avec des investissements qui ont été multipliés par vingt. Donc il y a un travail de fond à faire pour revoir la part de l'ONAS avec la nouvelle réforme de l'hydraulique qui est actuellement en cours", a-t-il argumenté.

A en croire Lansana Gagny Sakho, une telle évolution devrait permettre à l'ONAS de "continuer à maintenir ses ouvrages et à assurer leur pérennité".

Sénégal

Hausse de 0, 4 % du coût de construction des logements neufs (ANSD)

Le coût de construction des logements neufs à usage d'habitation a augmenté de 0, 4 % au… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.