Soudan: L'Union africaine a sauvé l'accord de Khartoum

Le compromis trouvé entre les autorités centrafricaines et les 14 groupes armés a levé les principaux différends qui portaient sur la composition du gouvernement et le désarmement des rebelles.

La réunion d'Addis-Abeba a été convoquée par l'UA le 6 mars dernier après l'annonce du nouveau gouvernement issu de l'accord négocié à Khartoum. Cet accord a été jugé insuffisamment "inclusif" par la majorité des groupes armés.

Sur les 14 groupes armés signataires, plus de la moitié avait désavoué le gouvernement formé, le jugeant identique à l'ancien.

Après ce compromis trouvé à Addis-Abeba, quelle sera la suite du processus, s'interrogent les observateurs de la vie politique centrafricaine.

Mi-avril, une mission d'évaluation de l'accord de Khartoum est attendue à Bangui. Elle sera composée du Commissaire à la Paix et la sécurité de l'Union africaine, Ismaël Chergui, et du Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'ONU, le Français, Jean-Pierre Lacroix.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.