Congo-Brazzaville: Enseignement des langues étrangères - Le pays veut mettre de l'ordre dans les écoles

Sur la dizaine de langues vivantes étrangères enseignées dans les différents établissements du pays, seul l'anglais dispose des programmes officiels et des manuels bien définis.

Dans l'optique de mettre un terme à l'anarchie constatée, l'Institut national de recherche et d'action pédagogiques (Inrap) envisage d'élaborer des manuels et programmes scolaires enseignés dans le pays. Pour concevoir un cadre légal et de rendre ces langues officielles, la direction générale de l'Inrap a entrepris une série de rencontres avec certaines ambassades accréditées au Congo.

« Après ce constat, nous avons décidé d'écrire officiellement auprès des ambassades en leur adressant des lettres individuellement. Aujourd'hui, nous avons eu le retour de ces ambassades et avons déjà commencé à discuter avec certains sur les questions d'élaboration des programmes et manuels scolaires. C'est le cas de l'ambassadeur de la Chine au Congo avec qui nous avons discuté sur les modalités d'élaboration et de rédaction des manuels et programmes scolaires chinois », a expliqué le directeur général de l'Inrap, Augustin Nombo.

Outre la Chine, la partie congolaise a été reçue par l'ambassadeur d'Angola avec qui ils ont discuté de l'enseignement du portugais. L'Inrap a aussi échangé avec le chargé d'affaires à l'ambassade d'Allemagne, concernant la langue allemande et l'attaché culturel de l'ambassade de Russie. « C'est donc un problème qui concerne aussi ces pays qui nous ont rassurés qu'ils sont prêts à nous accompagner. Nous avons à peu près dix-huit langues qui sont enseignées. Par exemple, la langue arabe est la plus enseignée au Congo. Nous attendons le retour au niveau de l'ambassade de l'Egypte qui a promis de nous accompagner et nous soutenir à l'intérieur du pays », a indiqué Augustin Nombo, précisant que toutes ces langues fonctionnaient sans cadre officiel.

Selon lui, l'Inrap est en train de mettre actuellement en place des équipes qui seront sur le terrain, en associant les enseignants de ces langues. Ce qui signifie que dans cette démarche, il sera accompagné des spécialistes dans les ambassades respectives, la société civile et toutes les personnes ressources de chaque langue. « Pour ce faire, toute la communauté éducative y est conviée : les inspecteurs, les enseignants. Le but est de se doter des programmes dignes de ce nom bien élaborés que nous allons valider ensemble. Car, depuis longtemps, le Congo ne dispose pas de manuels et programmes scolaires en langues vivantes étrangères, à l'exception de l'anglais », a conclu le directeur général de l'Inrap.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.