22 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Processus électoral - Nangaa, Basengezi et son fils accusés de corruption

Selon la bombe lâchée hier par le Département américain du Trésor, le président de la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante), Corneille Nangaa, son vice-président, Norbert Basengezi, ainsi que le fils de ce dernier, Marcellin Basengezi, conseiller auprès de la même institution, sont frappés du gel de leurs avoirs et de transactions financières ou commerciales sur le territoire américain. Ces nouvelles sanctions s'ajoutent à celles déjà prises contre eux au sujet de l'interdiction de visas de voyages pour les Etats-Unis d'Amérique, annoncées le 22 février dernier.

Selon l'administration américaine, ils sont coupables de blocage du processus électoral et d'actes de corruption liés aux commandes des machines à voter et à la passation des marchés publics de gré à gré, en violation de la législation en la matière.

Le trio est accusé d'avoir systématiquement torpillé le processus électoral, en créant des conditions de « glissement » à répétition du calendrier électoral, au point d'avoir retardé de deux ans, les élections présidentielle, législatives nationales provinciales, lesquelles auraient dû avoir lieu en 2016 au plus tard.

S'agissant précisément de la corruption, le Département du Trésor américain estime à 100 millions de dollars américains les sommes que Nangaa, Basengezi et le fils de ce dernier se sont partagé, avec leurs complices répertoriés dans les institutions de la République, sous l'ancien régime, à la faveur de la surfacturation des machines à voter commandées en Corée du Sud, du carburant, des soins médicaux ainsi que d'autres kits électoraux, mais aussi dans la conclusion des marchés de gré à gré sur fonds de commissions illicites.

La question que l'on pose est de savoir si, au regard de ces graves accusations, il va falloir attendre la fin de son mandat, en juin 2019, pour limoger l'équipe dirigeante de la Ceni ou la neutraliser avant cette échéance.

Les révélations américaines sur la surfacturation des machines à voter poussent à douter du budget présenté par la CENI pour le financement du processus électoral.

Comme le pressentaient beaucoup de compatriotes, l'organisation des élections a permis de rendre millionnaires tous ceux qui étaient proches du dossier. Kimp

Congo-Kinshasa

L'opposition en colère au Palais du Peuple !

L'élection du président et des membres du bureau définitif de l'Assemblée nationale aura… Plus »

Copyright © 2019 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.