21 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Sacralité du Parlement oblige - Jean-Lucien Bussa condamne les actes de vandalisme des militants de l'Udps

Jean-Lucien Bussa, ex- Ministre du Plan et du Commerce Extérieur, dénonce les infractions commises par les militants et partisans de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), à l'aube de la publication des résultats provisoires de l'élection Sénatoriale sur 24 provinces de la RDC, soit le 16 mars 2019.

Ecœurer de voir ceux-ci violer la sacralité consacrée au siège du Parlement de la RDC, il décrie avec la dernière énergie cette attitude qu'il qualifie d'incivique. "L'article 7 de notre Règlement Intérieur dispose que l'enceinte du siège de l'Assemblée nationale est une zone neutre et inviolable.

Pourtant, le samedi 16 mars dernier un groupe des militants d'un parti politique bien connu a délibérément enfreint à cette disposition", a renseigné l'élu du peuple.

D'entrée de jeu, dans une motion d'information adressé au Bureau provisoire de la Chambre basse du Parlement, l'élu de Budjala a exprimé son inquiétude, voire sa peur à ce que ces insurrections se généralisent au point de porter atteinte à l'avenir de la liberté des élus.

"Je prends la parole pour porter à l'intention des élus, Honorables Députés, les faits graves perpétrés par les militants d'un parti politique au pouvoir à la suite de l'élection sénatoriale du 15 mars 2019", soutient-il.

Par ailleurs, Jean-Lucien Bussa appelant ses colistiers à demeurer vigilants, il avance que cette situation n'est pas du tout à prendre à la légère car, c'est à la suite de ces petits étincelles que les forêts finissent par s'embrasser, a-t-il argumenté.

Par ailleurs, il invite ses collègues à faire montre de plus de sévérité face à cette situation et à y mettre une attention soutenue au risque qu'elle se retourne prochainement contre eux, plaçant leur liberté entre le marteau et l'enclume.

"Je vous en parle parce qu'il s'agit d'une question qui nous concerne directement, parce que les scènes de désordre et d'intimidations peuvent se répéter et porter atteinte à l'intégrité physique de chacun d'entre nous.

Ce que je dis n'est pas sans fondement parce que c'est arrivé au Gabon, au Cameroun et dans bien d'autres pays", a-t-il fait savoir.

Toutefois, Jean-Lucien Bussa propose, pour éviter des probables dégâts dans le futur, d'adopter une recommandation appelant le Gouvernement de la République a condamné vivement ces actes de vandalisme afin que les auteurs ne tentent plus jamais de le refaire, "dans le cas contraire, c'est une marche vers l'anarchie ainsi que le non-respect des Institutions".

Congo-Kinshasa

Inquiétude au sujet de contrats attribués à l'homme d'affaires Jammal Samih

En République démocratique du Congo (RDC), le président Felix Tshisekedi a visité plusieurs… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.