Sénégal: Assainissement autonome et développement durable - 65% des sénégalais n'ont pas accés aux toilettes

L'Office national de l'assainissement du Sénégal (Onas) a organisé hier, jeudi 21 mars 2019, un atelier de restitution du Programme de développent durable de l'assainissement autonome au Sénégal (Pnddaa).

Ce projet s'inscrit dans le Plan stratégique de développement de l'Onas qui prévoit d'améliorer durablement le taux d'accès à un assainissement adéquat à l'horizon 2025 des populations des villes assainies du Sénégal dont 65% des habitants n'ont pas accès aux toilettes

Dans le but d'atteindre les objectifs de développement durable (ODD) en 2030, l'Office national de l'assainissement du Sénégal (Onas) a lancé le Programme national de développement durable de l'assainissement autonome (Pnddaa).

Il s'agit de mettre en place un outil stratégique visant à coordonner les approches méthodologiques dans le sous-secteur de l'assainissement autonome en milieu urbain.

Lors de l'atelier de restitution du Pnddaa, revenant sur les Objectifs de développement durable, Lansana Gagny Sakho, le directeur général de l'Onas a fait savoir qu'ils sont très contraignants, car «on ne parle plus que de toilettes, mais il s'y ajoute tout un dispositif d'accompagnement», comme le dispositif de lavage des mains, des toilettes inclusives mais aussi des poubelles de qualité. Il explique, à cet effet que «65% des Sénégalais n'ont pas accès au toilettes».

Un problème qui sera résolu d'ici 2021, grâce au projet «100.000 toilettes» de l'Etat du Sénégal, avec l'aide de la Banque mondiale, a fait savoir Mouhamadou Gueye, directeur du Programme de structuration du marché des boues de vidange (Psmdbv).

Un programme qui privilégie, selon lui, l'accès aux pauvres et aux populations démunies. Dans ce travail, «nous sommes en train d'avancer, les Appel d'offres sont déjà lancés. Et, comme le dit le directeur général de la l'Onas, nous allons faire un focus sur le prix.

Le prix auquel ces toilettes seront cédées aux ménages et nous allons y travailler avec le secteur privé. Et tous ces éléments sont dans le dossier d'Appel d'offres.

Et nous allons y arriver avec l'expérience que nous avons des projets précédents. Mais l'accès aux toilettes va de plus en plus être facilité avec le nouveau programme que nous avons avec l'Etat du Sénégal», promettra-t-il.

L'ONAS VEUT ATTEINDRE LES ODD, A L'HORIZON 2025

Le Pnddaa fait suite aux résultats de la phase 1 du Programme de structuration du marché des boues de vidanges (Psmbv), lancé en 2011 avec l'appui de la fondation Bill et Melinda Gates.

Cette étude qui constitue une réflexion pour cette nouvelle stratégie et vision qui capitalise les succès et échecs du sous-secteur de l'assainissement autonome urbain au Sénégal, vise aussi à garantir l'accès de tous à l'eau et à l'assainissement, dans le but d'assurer une gestion durable des ressources en eau.

Pour y parvenir, l'Onas envisage de coordonner les approches et les méthodologies dans le secteur de l'assainissement autonome, notamment en termes de desserte ou d'accès en milieux urbain, selon les niveaux fournis.

Mais aussi établir une feuille de route commune pour les acteurs, autorités sénégalaises et autres parties prenantes, dans le but de proposer un pilotage de la stratégie dans le sous-secteur de l'assainissent autonome à l'horizon 2030 des ODD.

Pour Lansana Gagny Sakho, directeur général de l'Onas, cette restitution entre en droite ligne de la politique d'amélioration des conditions de vie des populations dans le cadre de l'assainissement.

Il rappellera, à cet effet, qu'il existe deux types d'assainissement: «l'assainissement collectif et l'assainissement autonome». Selon M. Sakho, l'assainissement autonome est une innovation majeure, en matière de volume d'assainissement, et qui va permettre au grand nombre d'avoir accès à des toilettes propres.

Saluant, en ce sens, les «300 milliards de F Cfa injectés par l'Etat de Sénégal dans ce secteur et la forte implication du secteur privé à hauteur de 1.047.000 F Cfa».

A en croire le Dg de l'Onas, l'assainissement ne renvoie pas uniquement aux toilettes et aux égouts, mais il y a également un volet très important d'assainissement autonome.

Et la priorité, fait-il savoir, c'est de continuer la volonté politique de l'Etat avec cet investissement important. Le deuxième axe d'intervention sur lequel l'Onas veut s'engager, ajoute-t-il, c'est «impliquer le secteur privé et naturellement le faire accompagner par le secteur bancaire».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.