Sénégal: Diourbel - Une région menacée par les coupes abusives

Diourbel est l'une des rares régions du Sénégal à ne pas avoir une forêt classée. Le colonel Youssoupha Diouf, Inspecteur régional des Eaux et Forêts de Diourbel explique. «La végétation linéaire dans la région de Diourbel est peu abondante.

C'est une région avec zéro foret classée. Naguère une région agricole qui appartient à l'ancien bassin arachidier Nord. Il y a les «kadds» souvent accompagnés par les baobabs. Nous avons des arbres représentées sous formes d'arbres isolées».

Et il poursuit: «en 2005, les collectivités locales avaient fait un effort important pour mettre en place des forets régionales. Ce sont des zones délimitées par les collectivités territoriales.

Il y avait une dizaine de forêts régionales dans toute la région qui représente 590,4 hectares, soit 0,01% de la superficie régionale qui est une zone mise en défens dans lesquelles nous accompagnons les collectivités locales et les populations riveraines pour y mener des activités de restauration et de gestion».

Selon lui, les populations interviennent dans la coupe des arbres pour satisfaire leurs besoins énergétiques. «Dans le monde rural, les gens n'ont pas accès au gaz et au charbon de bois qui nous vient des régions du Sud et Est du Sénégal, de Tambacounda à Ziguinchor.

A cela vient s'ajouter le phénomène des transhumants qui émondent les arbres pour satisfaire les besoins alimentaires des animaux.

Ce qui constitue des dégâts sur la végétation linéaire. Nous sommes souvent sur le terrain pour faire la sensibilisation et la communication avec les populations pour respecter la réglementation.

Pour élaguer, il faut introduire une demande auprès du maire et le service des Eaux et Forêts. Nous essayons de faire la promotion du reboisement ou on note une contrainte foncière ; ce qui ne permet pas de faire du reboisement à cause du manque d'espace».

L'alternative, dira-t-il, est qu'il faut chercher une autre forme d'énergie. «Avec la découverte du pétrole et du gaz au Sénégal, les populations peuvent renoncer à la coupe de bois en vue de préserver le peu de végétation dans la région de Diourbel», a-t-il soutenu.

Selon lui, la région de Diourbel est très pauvre en partenaires qui interviennent dans l'investissement sur l'environnement et les ressources naturelles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.