Sénégal: Incendie d'un bus scolaire en Italie - Ousseynou Sy, inculpé pour «prise d'otages, massacre, incendie et terrorisme»

Ousseynou Sy est désormais inculpé pour «prise d'otages, massacre et incendie». Un chef d'inculpation corsé par la circonstance aggravante de «terrorisme», selon l'AFP. En attendant la fin de l'enquête et son procès, les autorités de Rome étudient la possibilité de retirer la nationalité italienne au chauffeur de bus scolaire d'origine sénégalaise, sur demande pressante du ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, également patron de la Ligue.

En effet, avant-hier mercredi, en fin de matinée, Ousseynou Sy, 47 ans, ramasse comme prévu 51 passagers, élèves de 5e et leurs trois accompagnateurs, dans un gymnase pour les reconduire à leur école, un trajet de moins de 3 km.

Il en fera finalement une trentaine, détournant son bus pour prendre la route de l'aéroport de Milan, menaçant les enfants de mort, dans un acte prémédité visant, selon le parquet de Milan, à venger les migrants morts en Méditerranée.

«Il a barricadé toutes les portes de sortie avec des chaînes. Il m'a montré un couteau et m'a dit d'attacher tous les enfants», a raconté jeudi aux journalistes la surveillante scolaire chargée d'accompagner les enfants, Tiziana Magarini, qui décrit un homme en proie à une grande agitation et tenant des propos pas toujours cohérents.

«Il parlait beaucoup de l'aéroport de Linate. Mais il ne disait pas ce qu'il voulait faire. Il disait 'je ne veux pas vous faire de mal' et puis il menaçait», a-t-elle expliqué à l'AFP.

"J'ai risqué la mort"

Mme Magarini est la dernière à sortir, le bus déjà en flammes. «J'ai risqué la mort, à une seconde près», raconte-t-elle.

Décrit comme «un homme tranquille mais très seul», Ousseynou Sy avait acquis la nationalité italienne en 2004 à la suite de son mariage avec une femme de cette région du Nord de l'Italie avec laquelle il a eu deux fils, aujourd'hui adolescents, et dont il s'est séparé.

Toutefois, selon ses collègues, les problèmes de celui que tout le monde appelait «Paolo» sont nés de sa «séparation» avec son épouse. «Il était avec nous depuis 15 ans. Il avait commencé en s'occupant de la propreté puis avait été promu chauffeur.

Au cours de ces années, nous n'avons jamais noté des signes de déséquilibre (mental, ndlr) et nous n'avons jamais reçu aucune plainte le concernant»,», explique Luca Lanzanova, un responsable de la société pour laquelle il travaillait.

Un autre responsable a assuré que Ousseynou Sy avait «subi les contrôles périodiques que font tous les chauffeurs» : «rien n'est apparu».

L'homme avait vu cependant son permis de conduire suspendu en 2007 pour conduite en état d'ivresse, mais il s'était bien gardé d'en parler à son employeur, explique la presse.

Il avait également été condamné à un an de prison avec sursis en 2018, pour «harcèlement sexuel» sur mineure.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.