22 Mars 2019

Ile Maurice: Vol avec violence - Sky to Be le «repenti» blâme ses «ennemis»

En détention depuis le jeudi 7 mars, le chanteur Sky to Be devra patienter encore un peu. C'est le lundi 25 mars que le chanteur, accusé provisoirement de vol avec violence au préjudice de la station-service Shell Latanier, saura s'il pourra recouvrer la liberté.

Les débats sur sa motion de remise en liberté ont eu lieu ce vendredi 22 mars, devant la cour de district de Port-Louis.

Appelé à la barre par son avocat, Me Anupam Kandhai, Jean Patrice Kevin Dina, plus connu comme Sky to Be, a affirmé que son passé le rattrape. «Je me suis repenti.

Depuis la sortie de mon album professionnel, je me suis fait des ennemis et c'est à partir de ce moment que j'ai commencé à avoir des ennuis», a indiqué l'habitant de Roche-Bois.

Pour soutenir sa motion de remise en liberté, Sky to Be a fait ressortir qu'il a un enfant de deux ans. Avant d'ajouter qu'il compte respecter les conditions qui lui seront imposées s'il est libéré.

La police a, quant à elle, objecté à la remise en liberté du chanteur. Expliquant qu'il peut récidiver, voire s'enfuir s'il est libéré. Le magistrat Kevin Moorghen fera connaître sa décision lundi.

Les faits remontent au samedi 2 mars. Ce jour-là, un pompiste à la station-service de Shell Latanier, sise sur l'autoroute à Roche-Bois, a été délesté d'une somme de Rs 20 000. Il a identifié Sky to Be comme la personne qui l'a dépouillé.

Du reste, le chanteur a également été dénoncé par son présumé complice, le rédiviste Andy Selmour, 23 ans. A la police, ce dernier a indiqué que «Sky to Be pa ti dan enn léta normal sa zour-la».

Ile Maurice

Ste-Croix - Descente de l'ICAC chez un trafiquant

Grosse mobilisation des enquêteurs de l'ICAC et de différentes unités de police ce lundi 17 juin… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.